Une formation pour intervenant.e.s socio-communautaires offerte par le RÉSAL

Dans le cadre de l’édification de la communauté de pratique du Réseau d’échange et de soutien aux actions locales (RÉSAL), duquel le CIPC est membre et coordonnateur, une quatrième formation de la série de formations et d’activités prévues pour cet automne s’est tenue le 11 novembre dernier. Celle-ci fut adressée principalement à des intervenant(e)s socio-communautaires de Montréal dans l’objectif de mettre de l’avant des techniques d’approche, de prise de contact et d’intervention en matière de travail de rue pour les personnes intervenant auprès des populations jeunesse ainsi qu’auprès des personnes en difficulté.

L’activité a été animée par Maxime Bonneau, coordonnateur clinique et formateur à PACT de rue, une organisation communautaire membre du RÉSAL qui agit directement auprès des jeunes et des personnes en difficulté afin de promouvoir de saines habitudes de vie et de prévenir des comportements à risque.

Les points suivants ont été abordés lors de la formation :

  • La définition et l’histoire du travail de rue;
  • Comment faire l’observation de terrain;
  • Comment bien intégrer un milieu de vie;
  • Comment maîtriser les techniques d’intervention.

En savoir plus à propos des autres formations données :

La prévention de la violence des gangs de rue

La prévention des violences à caractère sexuel

La prévention de la haine en ligne

Ces formations ont été réalisées grâce au soutien financier de la Ville de Montréal.

Le CIPC officialise un accord de coopération réciproque avec les Carabiniers du Chili

Vendredi le 5 novembre, le CIPC et les Carabiniers du Chili ont signé un accord de coopération réciproque dont l’objectif de générer et de promouvoir une relation de coopération et de compréhension qui permettra de construire une vision commune en matière de prévention de la criminalité. Par cette signature d’accord, les entités ont comme but de vouloir engager une collaboration par le développement potentiel d’activités communes favorisant le développement de sociétés et de communautés plus inclusives et plus sûres.

Une formation sur la prévention de la haine en ligne offerte par le RÉSAL

Dans le cadre de l’édification de la communauté de pratique du Réseau d’échange et de soutien aux actions locales (RÉSAL), duquel le CIPC est membre et coordonnateur, une troisième formation de sa série de formations et d’activités prévues pour cet automne s’est tenue le 4 novembre dernier. Celle-ci portait sur la prévention de la haine en ligne et avait comme objectif de familiariser les participants avec les concepts de la radicalisation menant à la violence et des actes à caractère haineux. Elle a permis d’aborder les différentes expressions extrémistes sur les réseaux sociaux, de dresser un portrait des initiatives et outils existants en matière de lutte contre la haine en ligne, et de partager des postures inspirantes pour faire face à la haine en ligne.

L’activité a été animée par Anne-Sophie Bedziri et Jeanne Plisson, conseillères au sein du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV), organisation membre du RÉSAL, sur les problématiques et enjeux liés à la radicalisation menant à la violence.

Parmi les faits saillants à retenir de cette formation, on a noté :

  • L’importance de bien déconstruire les termes (radicalisation, extrémisme, terrorisme) afin de les utiliser à bon escient. La radicalisation en soi peut être porteuse de progrès sociaux ou d’actions positives et n’implique pas nécessairement une dérive vers la violence.
  • Les actes à caractère haineux recouvrent plusieurs formes : incidents, propos et crimes haineux. Si le dernier tombe sous le coût de la loi, il est encore difficile aujourd’hui de lutter, avec le cadre législatif en place, contre les incidents et les propos haineux.
  • Plusieurs ressources peuvent être combinées pour limiter la radicalisation menant à la violence et les actes haineux en ligne. La manifestation d’intérêt envers les jeunes concernées par ces phénomènes, l’encouragement du doute et le renforcement des facteurs de protection constituent à ce titre des pistes importantes pour les intervenant.e.s de terrain.

En savoir plus à propos des autres formations données :

La prévention de la violence des gangs de rue

La prévention des violences à caractère sexuel

Travail de rue et intervention auprès des jeunes

Ces formations ont été réalisées grâce au soutien financier de la Ville de Montréal.

Une formation sur la prévention des violences à caractère sexuel offerte par le RÉSAL

Dans le cadre de l’édification de la communauté de pratique du RÉSAL, duquel le CIPC est membre et coordonnateur, une deuxième formation de la série de formations et d’activités prévues pour cet automne s’est tenue le 28 octobre dernier. Celle-ci portait sur la prévention des violences à caractère sexuel et avait comme objectif d’explorer l’importance du langage et de certains concepts dans la prévention des violences sexuelles, mais aussi à revenir sur les aspects légaux et les attitudes aidantes pour les intervenant.e.s de terrain.

L’activité a été animée par Katherine Lapierre, chargée de projet pour le programme d’éducation à la sexualité et intervenante au sein de l’organisme L’Anonyme, membre du RÉSAL, qui œuvre à promouvoir des comportements sécuritaires et des relations égalitaires auprès des jeunes.

Parmi les faits saillants à retenir de cette formation, on a noté :

  • L’importance du langage inclusif dans la prévention et l’intervention auprès des jeunes, afin de créer un environnement plus sécuritaire et de limiter les risques de stigmatisation.
  • Les formes multiples que peuvent prendre les violences sexuelles au quotidien, sans forcément être reconnues comme tel par les personnes qui en font l’objet ou qui les infligent (coercition sexuelle, harcèlement, stealthing, etc.).
  • Contrairement à un préjugé répandu, on estime qu’environ 2% des plaintes concernant les agressions sexuelles constituent de fausses accusations. Cette réalité statistique contraste avec une vision commune qui tend à mettre facilement en cause la parole des victimes.
  • Enfin, bien que de nombreux outils existent aujourd’hui pour accompagner les jeunes sur ce sujet, la manière dont les intervenant.e.s accueillent le dévoilement de ces violences (écoute, intérêt, confiance) reste néanmoins déterminante pour la suite du processus avec les personnes victimes.

En savoir plus à propos des autres formations données :

La prévention de la violence des gangs de rue

La prévention de la haine en ligne

Travail de rue et intervention auprès des jeunes

Ces formations ont été réalisées grâce au soutien financier de la Ville de Montréal.

Le CIPC rencontre son réseau en France et en Belgique

Ce mois-ci, lors d’une visite en Europe, la Directrice générale du CIPC a effectué plusieurs rencontres avec des membres, des partenaires et de nouveaux collaborateurs pour échanger sur des opportunités de collaboration en prévention de la criminalité.

L’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité

Lundi, le 18 octobre, à Paris, une rencontre a eu lieu avec Corinne de la Mettrie, Directrice adjointe de l’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité (AMF), Pauline Tivelet, Chargée de mission et Responsable Europe et affaires internationales de l’AMF, Nathalie Genest, Attachée aux affaires politiques et à la coopération à la Délégation générale du Québec à Paris (DGQP) et Nicolas Pasquier, Stagiaire aux affaires politiques et à la coopération de la DGPQ. Cette rencontre fut une opportunité de présenter l’organisation, ses projets en cours, ses initiatives phares, notamment le Laboratoire en sécurité urbaine, et d’envisager de futures voies de collaborations.

La Délégation générale de Québec à Paris

Mardi, le 19 octobre, à Paris, le CIPC a rencontré Michèle Boisvert, Déléguée générale du Québec à Paris, dans l’objectif d’échanger sur comment appuyer les projets d’internationalisation Québec-France en prévention de la criminalité.

Conférence Efus « Sécurité, démocratie et villes »

Le CIPC était présent à Nice à la septième conférence internationale « Sécurité, Démocratie et villes » organisée par le Forum européen pour la sécurité urbaine (Efus), un membre du CIPC. La conférence s’est déroulée du 20 au 22 octobre et a inclu plusieurs ateliers portant sur le rôle et l’implication des citoyens, des maires, des villes et des collectivités territoriales sur la sécurité urbaine auxquels le CIPC a participé. L’occasion s’est aussi présentée de renouer les liens avec plusieurs partenaires internationaux et discuter de collaborations futures. De plus, le CIPC a assisté à une remise de prix où l’Observatoire international de la délinquance dans les transports, un membre du CIPC, a remis le PrixPrev, un prix pourdes acteurs locaux ayant développé des pratiques inspirantes dans le domaine de la prévention. Le thème de cette année était : « mobilité et sécurité ».

La Délégation générale du Québec à Bruxelles

Lundi, le 25 octobre, à Bruxelles, une discussion a eu lieu avec Stéphanie Frassen, Attachée affaires bilatérales & coopération de la Délégation générale du Québec à Bruxelles, portant sur les activités en cours du CIPC et de collaborations à venir.

Bruxelles Prévention & Sécurité

Lundi, le 25 octobre, à Bruxelles, le CIPC a rencontré Sophie Lavaux, Directrice générale de Bruxelles Prévention et Sécurité (BPS), organisation membre du CIPC, Christine Rouffin, Directrice de l’Observatoire de BPS, et Yves Bastaerts, Directeur adjoint de BPS.

Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine

Le CIPC a eu une rencontre, mardi le 26 octobre, avec Laetitia Nolet, coordonnatrice du Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine pour échanger à propos de perspectives de collaboration en matière de sécurité et de prévention de la criminalité.

L’Union internationale des transports publics

Mardi, le 26 octobre, à Bruxelles, le CIPC a rencontré Karine Sbirrazzuoli, Directrice adjointe de l’Union internationale des transports publics (UITP) afin d’échanger, entre autres, sur la prévention de la criminalité et la sécurité dans les transports.