2019

Paris, France

Le CIPC a participé à la conférence sur la sécurité dans les transports organisée par la Région-Île-de-France avec l'Office nationale des Transports (ONDT) et  L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) - l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ).

Ce fut l'occasion de faire la promotion des expériences et bonnes pratiques en sécurité dans les transports en commun. Ariane De Palacio, directrice de la recherche au CIPC s'est penchée sur les thèmes suivants :

  • Un comparatif international des types de gouvernance, de partenariats et d’acteurs relativement à la gouvernance et les outils afin de définir une stratégie de sécurité dans les transports en commun (Ex. Montréal, Londres et Berlin).
  • Un comparatif des dispositifs de sécurité (techniques, humains, organisationnels) dans différents pays.
  • Un comparatif des pratiques de différents pays relativement au rôle de la sécurité privée dans les transports en commun.

 

Bruxelles, Belgique

Depuis 2007, environ tous les deux ans, le CIPC, l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales de la France (ONDRO) et l'Observatoire national de la délinquance dans les transports (ONDT), organisent la Conférence internationale sur l'observation de la criminalité et l'analyse criminelle. Cette année, la conférence s'est tenue à Bruxelles en novembre et fut organisée conjointement par BPS (Bruxelles Prévention & Sécurité), le CIPC, l'ODRP et l'ONDT. Elle se veut un forum de discussions et d'échanges à partir de diverses expériences, d'études et d'informations au niveau international relatif à l'observation de la criminalité, notamment par rapport à sa prévention. Cet évènement est ouvert à une diversité d'acteurs : professionnels de l'observation et de l'analyse de la criminalité, politiciens et fonctionnaires, praticiens, chercheurs, ONG, organismes communautaires, etc.

Nairobi, Kenya

Le CIPC a eu l'honneur de participer à la première UN-Habitat Assembly à Nairobi, au Kenya, du 27 au 31 mai 2019. Cette assemblée s'est concentrée sur les innovations urbaines dans le but de transformer et d'améliorer les conditions de vie dans les villes. L'assemblée se réunira tous les 4 ans et devra prendre des décisions et adopter des résolutions quant au programme sur les conditions de vie dans les villes et l'urbanisation. Les acteurs décisionnels examineront les principales tendances, normes et règles relatives à l'urbanisation durable.

Paris, France

Le vendredi 24 mai 2019, le CIPC a eu l'honneur d'organiser, au côté de l'ambassade du Canada à Paris, une présentation de ses travaux et projets actuels relatifs à la prévention de la radicalisation violente, les crimes haineux et la sécurité urbaine. L'objectif était notamment de redynamiser et de renforcer les relations du CIPC avec la France.

 

Bruxelles, Belgique

Le Centre international pour la prévention de la criminalité est allé à la rencontre de l'Observatoire de Bruxelles Prévention & Sécurité (BPS) le 22 mai 2019, à Bruxelles, afin d'échanger et renforcer leurs liens. BPS poursuit un double objectif : coordonner la prévention et la sécurité sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale et assister tous les acteurs concernés pour garantir au mieux la sécurité des Bruxellois et de toutes celles et ceux qui visitent la Région.

 

Berlin, Allemagne

Le CIPC est honoré d'avoir participé à la 24e édition du German Crime Congress du 20 au 21 mais 2019 à Berlin, en Allemagne. Au cours de cette conférence internationale centrée sur la prévention de la criminalité de 3000 participants, nous avons eu l'opportunité de présenter notre projet sur le développement de la prévention et des interventions en réponse à la radicalisation menant à la violence au sein du système de probation français. Le thème principal de ce colloque était la « Promotion de la prévention et de la démocratie ».

Vienne, Autriche

Comme chaque année, le CIPC était présent lors de la commission des Nations unies pour la prévention du crime et de la justice pénale à Vienne. Cette 28e session nous a permis d'organiser, en collaboration avec l'International Centre for Criminal Law Reform and Criminal Justice Policy, un atelier portant sur la « Prévention des crimes haineux ». Cet atelier s'est déroulé le lundi 20 mai 2019 en présence de panélistes de haut niveau. Les nombreux échanges qui ont découlé des présentations ont été riches de collaboration possible à venir.

Bratislava, Slovaquie

Le 25 et 26 Mars 2019, le CIPC a été invité à partager ses projets et expériences au cours de la conférence annuelle pour la lutte contre le terrorisme de l’OSCE à Bratislava. Le but principal de cette rencontre internationale était de faire le point sur les efforts déployés pour prévenir et combattre le terrorisme ainsi que l'extrémisme violent et la radicalisation qui conduisent au terrorisme dans l'espace de l’OSCE.

Au cours de cette conférence, les volets suivants ont été abordés :

- L’étude de programmes et d’approches aidant à identifier, à détourner et à soutenir les personnes exposées au risque de radicalisation vers la violence terroriste, tels que les mécanismes d'orientation et les interventions pré-criminelles.

- L’étude de programmes pénitentiaires et non privatifs de liberté visant à réhabiliter et à réinsérer les délinquants terroristes tout en veillant à ce que leurs actes criminels fassent l'objet de poursuites en bonne et due forme.

- L’étude du progrès concernant la coopération internationale dans la lutte contre le terrorisme et la mise en œuvre de bonnes pratiques en matière de prévention du VERLT (Violent Extremism and Radicalization that Lead to Terrorism) dans l'espace de l'OSCE.

Ottawa, Canada

Dans le cadre de la semaine dédiée à la prévention de la radicalisation menant à la violence, organisée par le ministère de la Sécurité publique du Canada, le CIPC a participé, du 21 au 23 Mars 2019, aux ateliers et rencontres de travail du Réseau des praticiens canadiens pour la prévention de la radicalisation et de l'extrémisme violent (RPC-PREV). Ces ateliers visent à élaborer des lignes directrices fondées sur des données probantes pour promouvoir une intervention efficace sur le terrain.

Afin d’enrichir une étude préliminaire internationale portant sur l’évaluation des programmes de prévention de la radicalisation violente, le CIPC a saisi l’opportunité d’organiser, en parallèle du séminaire, un groupe de discussion permettant de recueillir le regard porté par les acteurs de terrain, sur l’évaluation de programmes.

Le CIPC participe aujourd’hui activement au partage d’expérience et de bonnes pratiques ainsi qu’à la coopération internationale en matière de radicalisation et d’extrémisme violents.

Londres, Royaume-Uni

Les 14 et 15 mars 2019, le CIPC était présent à Londres pour le lancement de l'ITERP, dont il fait partie. L'ITERP est un consortium de chercheurs implantés dans différents pays du monde. Ils sont issus d'universités et de laboratoires de différentes disciplines : psychologie, sciences politiques, sociologie, psychiatrie, anthropologie, criminologie et mathématique. Il intègre aussi des centres de recherche-action et des associations de prévention qui désirent s'engager dans une démarche d'évaluation de leurs pratiques. Ils se sont rassemblés dans le but de partager leurs connaissances, leurs méthodes et de comparer leurs approches sur la question de l'évaluation des dispositifs de prévention. Cette coopération scientifique de grande ampleur permettra de mieux cerner l'impact des programmes de prévention sur les populations concernées, mais aussi plus largement d'analyser le phénomène de la radicalisation sous l'angle de la prise en charge.

2018

C'est avec un grand intérêt que le CIPC a participé à l’atelier organisé par la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) afin de mettre au point un ensemble d’outils visant à faciliter la mise en œuvre de leurs grandes lignes sur la prévention du crime et de la violence, à Johannesburg, les 26 et 27 novembre 2018. Ces orientations constituent en elles-mêmes une vraie reconnaissance, de la part des États membres de la SADC, du fait que la prévention du crime et de la violence est une question transversale nécessitant l’engagement de plusieurs parties prenantes.

À cet égard, le CIPC est fier d’avoir contribué à l’élaboration de ces grandes lignes et à la création d’outils qui en faciliteront la mise en œuvre. À ce titre, le CIPC souhaite également féliciter la SADC, l’Organisation de coopération régionale des chefs de police de l'Afrique australe (SARPCOO) et le Forum africain de supervision APCOF pour leur leadership dans le domaine de la prévention du crime et de la violence dans la région.

Du 21 au 26 octobre 2018, le CIPC a participé à la 20ème Conférence annuelle de International Corrections and Prisons Association (ICPA – Association internationale des affaires correctionnelles et pénitentiaires) qui s'est tenue à Montréal, Québec, Canada. Cette Conférence marquait également le 20ème anniversaire d’ICPA. L'événement était organisé par le Service correctionnel du Canada. Sous le thème «Au-delà de l’incarcération : regard vers l’avenir », plusieurs acteurs du domaine des affaires correctionnelles et pénitentiaires se sont réunis pour débattre sur divers sujets dont les enjeux et les meilleures pratiques en la matière. L’événement comptait plus de 150 conférenciers et 500 participants.

Le CIPC a participé à cette conférence en tant que conférencier pour présenter le rapport de la recherche-action menée dans trois villes françaises (Lyon, Grenoble et Nice) dans le but de développer un dispositif d’intervention et de prévention de la radicalisation menant à la violence en milieu ouvert. La présentation portait principalement sur une série d’actions et d’initiatives mises en place au niveau institutionnel pour contrer la radicalisation menant à la violence.

 

Le CIPC a été invité à intervenir lors d’une conférence nationale sur la thématique « Protection des jeunes contre la délinquance et la criminalité » les 4 et le 5 juillet derniers à Tunis. Organisée par la Présidence de la République tunisienne et le Centre pour le Contrôle Démocratique des Forces Armées de Genève - DCAF, cette conférence était dédiée à environ 80 hauts décideurs politiques et cadres de la fonction publique tunisiens et visait à promouvoir auprès des autorités tunisiennes quelques bonnes pratiques internationales en matière prévention de la criminalité des jeunes (env. 15-29 ans). Le CIPC y a ainsi présenté son étude comparative internationale sur les stratégies nationales de prévention de la violence chez les jeunes ainsi que son rapport sur les enjeux de l’intervention et des intervenants en prévention de la radicalisation menant à la violence.

Photo Credits : Zied Ben Chaabane.

Du 4 au 8 juin 2018, Pablo Madriaza, Directeur des recherches et programmes du CIPC, Ariane de Palacio, Analyste Sénior et Paul Girard, membre du conseil d’administration se sont rendus au Chili, invités par les Carabineros de Chile afin de réaliser une série de conférences sur la modernisation de la police et les normes liées à l’observation de la criminalité. La première conférence a eu lieu devant les officiers du département d’analyse criminelle de la police chilienne, la seconde s’est faite devant les officiers de l’académie de sciences policières et la troisième s’est tenue à l’école des officiers des Carabineros devant des policiers issus de divers pays d’Amérique latine. Cette visite nous a permis d’une part de connaître en détail le nouveau système d’analyse criminelle mis en place dans la majorité des postes de police du pays, qui vise à changer le modèle de prévention de la criminalité au sein de la police nationale. D’autre part, elle a également permis au CIPC de consolider ses liens avec les Carabineros de Chile qui font partie des membres de l’organisation.

Du 14 au 18 mai 2018, le CIPC a participé à la 27e Session de la Commission pour la prévention du crime et la justice pénale (CCPCJ) à Vienne, en Autriche.

La thématique principale de cette année portait sur les réponses en justice pénale pour prévenir et lutter contre la cybercriminalité sous toutes ses formes, y compris par le renforcement de la coopération aux niveaux national et international.

Le CIPC a pu contribuer à nourrir le débat sur la question lors de l’atelier du PNI sur la cybercriminalité en partageant les résultats de son 6e Rapport international sur la prévention de la criminalité et la sécurité quotidienne traitant de la prévention de la cybercriminalité. Le rapport est disponible depuis l’automne 2018.

Les 10 et 11 mai 2018 s’est tenue à Rome, Italie, la conférence de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) sur la lutte contre le terrorisme. Le but de cette conférence était de contribuer aux discussions sur les défis que représente, pour la zone OSCE et au-delà, le retour au pays des combattants étrangers (FTFs).

Lors de cette conférence, plusieurs volets ont été abordés tels que :

-   Les tendances et dynamiques de retour et de relocalisation pour les combattants étrangers : échanges de points de vue sur les expériences nationales et la coopération internationale.

-       La gestion du retour et de la relocalisation des combattants étrangers : renforcement de la sécurité aux frontières et partage de l’information.

-    La menace potentielle du retour et de la relocalisation des combattants étrangers : programme de réhabilitation et de réintégration dans et hors du système de justice pénale.

-    L’accompagnement des membres de la famille des combattants étrangers : lacunes juridiques, justice juvénile et engagement auprès de la société civile.

À cette occasion, plusieurs représentants de diverses organisations internationales ainsi que le Centre international pour la prévention de la criminalité (CIPC) ont été invités à partager leurs expériences et idées sur la question.

Le CIPC a été invité à participer aux journées de réunions d’experts sur la prévention de la radicalisation violente organisées à Montréal par le Réseau des praticiens Canadiens pour la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent (CPN-PREV). Cet événement a été organisé dans le cadre de la conférence Building Connections : Preventing Violent Extremism in Canada qui a eu lieu du 19 au 23 mars 2018 et co-organisée par la Child Soldiers Initiative, le Centre canadien d’engagement communautaire, le Réseau canadien pour la prévention de la radicalisation et l’extrémisme violent, l’UQÀM et l’Institut montréalais d'études sur le génocide et les droits de la personne de l’université de Concordia. Au cours de ces journées de réunion, des experts provenant du monde entier ont joint leur expertise pour réfléchir sur des programmes de formation et constituer un groupe de travail chargé d’établir des recommandations probantes sur les meilleures pratiques d’évaluation et d’intervention en ce qui concerne la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent.

Du 5 au 9 mars 2018, le Directeur, recherche et programmes, du CIPC, Pablo Madriaza, a été invité en Espagne par la police basque (Ertzaintza) au 1er Séminaire international d’analyse criminelle pour la prévention de la criminalité. Dans le cadre du séminaire, M. Madriaza a fait une présentation sur les facteurs explicatifs du processus de radicalisation extrémiste qui conduit à la violence. Aussi, il a présenté une partie des résultats récents du CIPC sur le sujet.

Ce Séminaire qui a eu lieu à Amorebieta (Bizkaia) a également permis de réunir un important éventail d’experts internationaux en ce qui a trait à la recherche criminelle.

Le CIPC a été invité par le Bureau pour la réduction de la criminalité et de la sensibilisation aux gangs de rue (Office of Crime Reduction & Gang Outreach) de la Colombie-Britannique, en février 2018, afin de participer au Symposium de recherche sur la réduction de la criminalité, en tant que conférencier. Le Centre a profité de l'occasion pour parler de l'importance de la prévention communautaire de la criminalité et de la nécessité d’adopter une approche intégrée lorsqu’on parle de prévention. Comme toute autre question sociale, la sécurité demande une vision suffisamment stratégique si nous souhaitons fournir des réponses pertinentes, durables et efficaces à ces enjeux. À cette fin, le CIPC et le Réseau d'échange et de soutien aux actions locales (RESAL) ont développé une approche communautaire visant à articuler les préoccupations locales et l'expertise du milieu autour d’enjeux spécifiques. Une telle démarche, basée sur l’implication des acteurs du milieu locale, nous permet de développer des initiatives durables et efficaces. Le symposium de recherche sur la réduction de la criminalité en Colombie-Britannique fut aussi l'occasion de rencontrer des experts en réduction de la criminalité et en application de la loi en provenance d’autres provinces canadiennes. Le CIPC est confiant que la discussion découlant de ce symposium nous aidera à façonner de futurs partenariats et favorisera un plus grand dialogue interprovincial plus important, autour des enjeux liés aux gangs de rue et à la prévention communautaire de la criminalité.

Bien que la radicalisation violente soit considérée comme un phénomène international, les facteurs locaux sont devenus de plus en plus importants pour l’expliquer, mais également pour la prévenir. Plusieurs associations travaillant au niveau local communautaire ont déclaré se sentir démunies et en manque d’outils pour confronter cette problématique, notamment dans le contexte de la prévention primaire et secondaire.

Afin de surmonter cet enjeu, le CIPC, en collaboration avec le CAPRI (Centre d’action et de prévention contre la radicalisation des individus), a mis en place un projet de coopération franco-québécoise en prévention de la radicalisation menant à la violence. Le projet a pour objectif de développer un travail de partenariat entre des associations françaises et québécoises afin de développer un cadre sur lequel les associations locales, intéressées à travailler sur la prévention de la radicalisation violente, pourraient orienter leurs travaux d’intervention au niveau local communautaire.

À cette fin, une délégation québécoise, composée de Mohamed Loutfi, intervenant social du Centre Laurentien d’aide à la famille, de Marie-Hélène Rivest, travailleuse sociale de l’Équipe clinique polarisation du CIUSS et de Cateline Autixier, analyste du CIPC, s’est rendue en mission en France, à Paris et à Bordeaux, du 13 au 20 janvier 2018. Le but de cette mission était de faciliter l’échange d’expériences, de faire connaître la réalité locale ainsi que le travail effectué dans le contexte local communautaire au sujet de la radicalisation, notamment par rapport aux jeunes. La délégation québécoise a ainsi rencontré plusieurs associations et structures françaises œuvrant en prévention de la radicalisation menant à la violence ainsi que plusieurs représentants d’institutions françaises. Ces visites ont également été accompagnées par des ateliers de travail et des débats ayant permis un enrichissement des connaissances en matière de prévention de la radicalisation menant à la violence tant sur un plan théorique et conceptuel qu’en termes d’intervention. Le partage d’initiatives et de pratiques a permis d’enrichir le répertoire d’actions des différents acteurs.

Cette mission a clôturé la première année du projet de coopération franco-québécoise en prévention de la radicalisation menant à la violence, qui se poursuivra avec de nouveaux ateliers, conférences et échanges ainsi que par la visite d’une délégation française à Montréal plus tard en 2018.

2017

Du 5 au 8 décembre 2017, le CIPC a été invité à participer au Forum international de l’Institut Coréen de criminologie (KIC) à Séoul, en Corée du Sud. Ariane de Palacio, Analyste sénior a fait une présentation sur les différents outils élaborés par le CIPC pour soutenir les politiques et les prises de décisions probantes en matière de prévention de la criminalité, en particulier celles développées aux échelles municipale et locale. Le CIPC et le KIC sont en train de penser à une collaboration étroite qui verra le jour dans les prochains mois.

En parallèle au Forum, le programme du réseau des instituts de l’ONUDC (PNI) organisait sa réunion de coordination de l’automne 2017, où le CIPC a été désigné pour prendre en charge le développement et l’organisation de l’atelier 1 du PNI sur les actions de prévention de la criminalité probantes lors du Congrès pour la prévention de la criminalité et la justice pénale de l’ONUDC en 2020.

Les 17 et 18 novembre 2017 se tenait à Mazatlán (Mexique) le premier congrès international sur la prévention sociale de la criminalité, de la violence et des addictions pour la construction de la paix, organisé par l’Université de Sinaloa, la troisième plus grande institution d’enseignement supérieur du pays. Ariane de Palacio, Analyste et chargée de projet au CIPC, y a tenu la conférence magistrale d’ouverture, portant sur le rapport de comparaison publié cette année par le CIPC et traitant des stratégies nationales de prévention de la violence chez les jeunes. Cet événement a aussi été l’occasion de renforcer la présence du CIPC au Mexique, notamment à travers le développement de partenariats avec l’Université du Sinaloa et l’Université de Chihuahua.

Une vidéo de l'événement est disponible (en espagnol) ici.

Pablo Madriaza, Directeur recherche et programmes du CIPC a été invité au Honduras par le programme « Asegurando la Educación » (garantir l’éducation), financé par USAID, dans le but d’apporter une assistance technique dans la planification stratégique de ce programme et participer à un colloque réunissant les représentants du gouvernement du Honduras. Il y a présenté les éléments qui contribuent à rendre plus efficaces les programmes de prévention de la violence en milieu scolaire. Le programme « Asegurando la Educación » vise à prévenir la violence en milieu scolaire dans plus de 70 écoles du pays.

Dans le cadre du 38e Congrès de la Société de criminologie du Québec - Intervenir en contexte de vulnérabilité : mieux connaître pour mieux agir qui a eu lieu du 8 au 10 novembre 2017 au Manoir Saint-Sauveur, Pablo Madriaza, Directeur recherche et programmes du CIPC, a présenté une communication lors de l’atelier 13 « Prévenir la radicalisation menant à la violence ». Cette présentation portait sur les caractéristiques et les défis principaux de la recherche-action actuellement menée en France par le CIPC en collaboration avec l’administration pénitentiaire française dans le cadre du projet « Dispositif d’intervention et de prévention de la radicalisation : une recherche-action en milieu ouvert ».

Du 1er au 3 novembre 2017, le CIPC a eu l’opportunité de participer au 2e Forum africain pour la sécurité urbaine (AFUS), à titre de conférencier. Ce 2e forum, réalisé en collaboration avec le Programme pour des villes plus sûres de l’ONU Habitat, avait pour objectif de faciliter le partage de connaissances et de pratiques afin de répondre aux multiples défis de sécurité urbaine que pose l’urbanisation dans le contexte africain. Tenu dans la ville de Durban, en Afrique du Sud, le forum a réuni de nombreux experts nationaux et internationaux, intervenant dans le domaine de la sécurité urbaine, de la justice pénale et de la prévention de la criminalité. Lors de ce forum, le CIPC a eu l’opportunité de présenter la première version du cadre d’évaluation des observatoires de la criminalité, présentement développé en partenariat avec l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales et l’Organisation des États américains. Ce cadre a pour objectif d’établir des standards de qualité, internationalement reconnus, portant sur la conceptualisation, la mise en œuvre, l’opérationnalisation et l’évaluation des observatoires de la criminalité. Dans le contexte des villes africaines, cet outil pourra non seulement servir à assurer la fiabilité des observatoires dans le domaine de la sécurité, mais aussi à améliorer la façon dont les stratégies municipales doivent être informées.

Du 22 au 27 octobre 2017, le CIPC a participé à la 19ème Conférence annuelle de l’International Corrections and Prisons Association (ICPA – Association internationale des affaires correctionnelles et pénitentiaires) qui s'est tenue à Londres, au Royaume-Uni. L'événement était organisé par le Service de Prison et de Probation de Sa Majesté. Sous le thème de « l’innovation en matière de réinsertion: construire un avenir meilleur », des universitaires, des directeurs d'administrations, des hauts fonctionnaires, des chargés de projets et des praticiens se sont réunis afin de débattre sur la dignité, les droits de l'homme en prison et les programmes contre la violence en général.

Plus de 540 participants se sont inscrits et de nombreuses sessions ont été organisées sur divers sujets et expériences, notamment sur l'architecture et l’aménagement des installations, les programmes et les services axés sur les délinquants, la réinsertion et l'éducation, les réformes stratégiques, etc.

Le CIPC a participé à cette conférence en tant que présentateur lors d'un atelier intitulé «Radicalisation». La présentation a porté sur la recherche-action en cours en France qui vise à développer un dispositif de prévention et d'intervention de la radicalisation menant à la violence en milieu ouvert.

Le 3ème congrès mondial sur la probation a eu lieu à Tokyo au Japon du 12 au 14 septembre 2017. Le thème principal du congrès était le développement de la probation et le rôle de la communauté, avec pour objectif de souligner l’importance d’une participation active de la communauté pour prévenir le récidivisme et promouvoir la réinsertion des individus. L’événement avait plusieurs organismes hôtes : le Bureau de Réhabilitation ; Ministère de la Justice du Japon ; l'Institut des Nations Unies pour la prévention du crime et le traitement des délinquants en Asie et en Extrême-Orient (UNAFEI) ; l’Association d’aide à la réhabilitation du Japon ; la Fédération nationale des agents de probation bénévoles du Japon ; l’Association nationale des services de réhabilitation des délinquant-e-s du Japon ; l’Association japonaise de réhabilitation des délinquant-e-s.

Le CIPC a participé au congrès à titre de présentateur au cours d’un atelier intitulé « Théories et pratiques basées sur des données probantes avec des délinquant-e-s aux besoins spécifiques ». Cette présentation portait sur la recherche-action menée présentement en France qui vise à développer un dispositif de prévention et d’intervention sur la radicalisation menant à la violence en milieu ouvert.

Dans le cadre du projet ENACT (Renforcer les capacités de l’Afrique pour répondre au crime organisé transnational) financé par l’Union européenne, le CIPC a été sollicité pour appuyer la création et la mise en œuvre d’un réseau de cinq Observatoires régionaux du crime organisé transnational (ORCO), répartis à travers l’Afrique.

Afin de lancer ce projet, le CIPC a participé, du 3 au 6 juillet 2017, à l’Atelier de fondation des ORCO en Afrique du Sud, dans la ville du Cap. Durant cette rencontre, des spécialistes internationaux du crime organisé transnational se sont réunis afin de réfléchir aux différentes approches, possibilités et défis que rencontreront ces observatoires au cours de leur mandat. Le CIPC, qui participait à titre de spécialiste des observatoires, est intervenu à plusieurs reprises, notamment en organisant et modérant une session sur les défis reliés à la collecte de donnée. Au cours de ces interventions, Ariane de Palacio et Pier Alexandre Lemaire, les deux analystes du CIPC engagés dans ce projet, ont souligné l’importance des ORCO pour produire et disséminer une information de qualité, de manière transparente et indépendante, tout en assurant une inclusion de l’ensemble des acteurs pertinents contribuant au renforcement des capacités locales, des processus de production des données, des cadres de politiques publiques et du débat public autour du crime organisé transnational.

Cet atelier fondateur constitue le point de départ d’un projet de près de trois ans. Le CIPC est fier d’avoir pu y participer et partager son expertise. Cette rencontre a également permis au CIPC d’explorer des possibilités de collaborations futures.

Du 3 au 7 juillet 2017, le Directeur, recherche et programmes, du CIPC a effectué une mission en France dans le cadre du projet « Dispositif d’intervention et de prévention de la radicalisation violente en milieu ouvert », réalisé en collaboration avec la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP) de France. Au cours de cette mission, le Directeur et l’Analyste du CIPC, Fanny Valendru, ont participé aux rencontres des cellules pilotes de recherche des services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP) de Lyon et de Grenoble. À Lyon, les discussions ont porté sur le modèle d’intervention individuel proposé par le CIPC pour les personnes condamnées pour des faits de terrorisme qui sera bientôt mis en place dans ce SPIP. À Grenoble, le premier cycle d’intervention de groupe a été évalué. Ce dernier est fondé sur un modèle de prévention primaire. À la fin de la semaine, le Directeur et l’Analyste du CIPC, ont participé au comité national d’évaluation du projet qui regroupe les membres de la direction nationale, des directions interrégionales, ainsi que les directeurs et les membres de chaque site pilote de mise en œuvre du projet. Les avancées du projet y ont également été présentées, dont le guide d’entrevue semi-structurée d’identification, les dispositifs de prévention primaire, secondaire et tertiaire élaborés par le CIPC en collaboration avec les membres de chaque cellule pilote de recherche ainsi que les corrections apportées au modèle d’évaluation d’impact.

2016

Au cours du mois de décembre 2016, le Directeur, recherches et programmes, du CIPC M. Pablo Madriaza a effectué une mission au Chili, alors invité par le programme de maîtrise « Magíster en Prevención, Seguridad Urbana y política criminal » de l’université Alberto Hurtado du Chili. Il y a donné un cours portant sur la radicalisation violente en occident. Dans le cadre de cette mission, il a également été invité par l’Université Centrale afin de donner un cours sur l’évolution de la violence en milieu scolaire, au sein du programme de maîtrise « Magíster en Psicología Educacional y Gestión de la Convivencia Escolar ».

Outre ces activités d’enseignement, M. Madriaza a visité des membres du CIPC au Chili, ainsi que des partenaires importants. Il a visité le département d’analyse et le programme de police communautaire (MICC) de la police nationale du Chili (« Carabineros »). Le CIPC y a fait des suggestions concernant les méthodologies quant à l’analyse criminelle et a peaufiné le programme du séminaire que « Carabineros » co-organisera en octobre 2017 avec le CIPC. M. Madriaza a également visité le Sous-secrétariat de Prévention du Délit du gouvernement du Chili et a rencontré le directeur du département d’études afin d’établir des pistes de collaboration. Il a également rencontré des fonctionnaires de la Commission économique des Nations unies pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) et des chercheurs du programme de sécurité citoyenne de l’université Alberto Hurtado du Chili.

Dans le cadre de cette deuxième mission, le CIPC a organisé deux formations sur la prévention de la radicalisation violente pour les équipes des services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP) de Lyon et de Grenoble entre le 19 et le 21 septembre à Lyon et pour l’équipe SPIP de Nice le 22 et 23 septembre à Mougins et à Nice. Lors de ces rencontres, le CIPC a organisé trois ateliers avec chaque SPIP afin de présenter les résultats préliminaires de la phase du diagnostic et de se mettre d’accord avec les équipes sur les premières lignes d’action du dispositif d’intervention.

Du 12 au 15 septembre 2016 à Paris, le CIPC a participé à une école thématique sur la radicalisation organisée par le CNRS et Sciences Po Paris.

Cette école thématique répond à une demande sociale et scientifique de formation sur les questions de radicalisation, apparue notamment après les attentats de janvier 2015 à Paris. Loin de considérer la radicalisation comme un phénomène inédit ou spécifique à notre époque, l’école a cherché à confronter les différentes manières d’appréhender ces phénomènes, en privilégiant un recul critique par rapport à l’objet et aux méthodes d’investigation qui permettent de le comprendre.

Le CIPC a effectué deux présentations lors de cette école. Dans le cadre de la table ronde « Radicalisation : définitions et approches », l’analyste senior Pablo Madriaza a mené une présentation sur « Les facteurs de la radicalisation à la lumière des programmes de préventions », une réflexion issue de la revue systématique que le CIPC a menée récemment. Au cours de la deuxième journée, Pablo Madriaza a présenté dans l’atelier 1 « Les formes « invisibles » de la radicalité », une deuxième présentation concernant les mesures mises en place au niveau municipal.  

Du 6 au 8 juillet 2016, le Groupe de travail du programme « Safer Cities » d’Onu-Habitat s’est réuni à Genève, en préparation du Nouvel Agenda Urbain.

Le CIPC y a présenté le contenu de son 5e Rapport international, en lien avec la prévention de la criminalité dans les villes, qui a été très bien reçu. Le CIPC a également rencontré des membres de son réseau, dont Small Arms Survey et le FESU, ainsi que d’autres participants avec lesquels des possibilités de développement de projets communs ont été discutées.  

Les 21 et 22 mars 2016, le CIPC a participé au symposium de Kanishka à Ottawa afin d’y présenter son rapport intitulé : Comment prévenir la radicalisation : une revue systématique.

Le Symposium de Kanishka a réuni un éventail d’experts et de professionnels sur la radicalisation menant à la violence, qui ensemble ont travaillé afin d’identifier des approches prometteuses pour aller « au-delà de la liste de contrôle » et informer sur plusieurs initiatives de recherche appliquée permettant une meilleure compréhension et de mieux traiter l’extrémisme violent.

2015

La Société de criminologie du Québec tenait son 37ieme congrès biennal du 28 au 30 octobre 2015 au Québec (Canada) sur le thème : « Pour une justice éclairée et une insertion sociale réussie. L’Éducation et la criminologie : des leviers d’action ». Une Session de travail intitulé « Panorama international en prévention du crime et de la récidive » était à l’agenda lors de ce congrès. Le CIPC y a présenté son 4e rapport international sur la prévention de la criminalité et la sécurité quotidienne ainsi que son projet d'assistance technique réalisé pour l’OBSICA.

Séminaire Intersection/MSP 2015 - La radicalisation : un enjeu de rapprochement et de mobilisation. (Groupe CNW/Police de Laval)

Les 20 et 21 mai 2015, le Réseau Intersection dont la mission est d’élaborer, de concrétiser et de promouvoir un modèle québécois de police reposant sur les composantes de l’approche communautaire ou de proximité en mobilisant les acteurs concernés avec l’objectif de prévenir la criminalité et de sécuriser les milieux de vie québécois, tenait son 22ième séminaire annuel sur le thème : « la radicalisation : un enjeu de rapprochement et de mobilisation ». Plus de 250 intervenants, dont une majorité de policiers ont participé à ce séminaire. Serges Bruneau et Pablo Madriaza y ont représenté le CIPC.

2014

Les 9 et 10 décembre 2014, le Conseil de coordination d'État du Système national de la sécurité publique de l'État de Puebla a organisé un Congrès international sur la prévention du crime au sein de la ville de Puebla au Mexique. Dans ce cadre, le CIPC a réalisé deux présentations. La première portait sur « la prévention du crime et la sécurité quotidienne : Tendances et perspectives », en lien avec le quatrième rapport international. La deuxième : « Vers l'élimination de la violence faite aux femmes dans les relations intimes » présentait l’étude faite sur la violence dans les relations intimes en collaboration avec le Gouvernement de la Norvège, ainsi que le projet d’appui à la Réforme du Secteur de Sécurité en Tunisie.