Discussion à venir sur la traite des êtres humains et l’autonomisation des victimes

Événement à venir : Lundi le 15 mars 2021, de 12h à 13h (EST), Inscription en ligne ici

Afin de souligner la Journée internationale des femmes cette année, le Centre international pour la prévention de la criminalité est heureux de vous inviter à une discussion en ligne qui portera sur la question suivante : « Quelles sont les voies possibles vers une meilleure autonomisation des victimes de la traite au Québec ? ».

Dans une optique de prévention, il nous semble essentiel de porter notre attention sur les victimes, centrales dans la compréhension des enjeux profonds des pratiques criminelles. Dans cette lignée, suite à la parution d’un rapport en mai 2020 intitulé « Les victimes de la traite à des fins sexuelles en Amérique : État des lieux des stratégies publiques et pistes pour l’avenir, 2000-2019 », le CIPC souhaite continuer la conversation avec deux expertes et intervenantes de terrain, fortement impliquées dans la lutte de la traite des êtres humains, de l’exploitation sexuelle et dans la prise en charge des victimes au Québec. Nous accueillerons :

Cette conversation aura pour objectif de réfléchir et d’échanger sur la situation actuelle en matière d’autonomisation des victimes, les défis rencontrés dans leur pratique quotidienne et les enseignements qu’elles en tirent.

Les places étant limitées, les inscriptions sont obligatoires. De plus, veuillez noter que la discussion aura lieu en français. Au plaisir de vous y retrouver !

Date : lundi 15 mars 2021
Heure : de 12h à 13h
→ Inscription en ligne ici

Le CIPC suit une formation de Femmes Autochtones du Québec

Le CIPC a suivi une formation délivrée par Femme Autochtones du Québec Inc. (FAQ) sous le thème « Femmes autochtones et la colonisation ». Fondée en 1974, FAQ représente les femmes des Premières Nations du Québec ainsi que les femmes autochtones qui vivent en milieu urbain.

Parmi les enjeux étudiés, l’accent a été mis sur les thèmes suivants :

  • La colonisation ;
  • La Loi sur les Indiens ;
  • Les pensionnats ;
  • L’adoption des enfants autochtones.

Cette formation avait pour but de mieux comprendre la complexité du cercle de violence intergénérationnel au sein des communautés autochtones, qui puise son origine dans de longues pratiques discriminatoires coloniales. Nous remercions Isabelle Paillé, Coordinatrice santé, pour son témoignage et ses connaissances approfondies sur le sujet.