Une formation pour intervenant.e.s socio-communautaires offerte par le RÉSAL

Dans le cadre de l’édification de la communauté de pratique du Réseau d’échange et de soutien aux actions locales (RÉSAL), duquel le CIPC est membre et coordonnateur, une quatrième formation de la série de formations et d’activités prévues pour cet automne s’est tenue le 11 novembre dernier. Celle-ci fut adressée principalement à des intervenant(e)s socio-communautaires de Montréal dans l’objectif de mettre de l’avant des techniques d’approche, de prise de contact et d’intervention en matière de travail de rue pour les personnes intervenant auprès des populations jeunesse ainsi qu’auprès des personnes en difficulté.

L’activité a été animée par Maxime Bonneau, coordonnateur clinique et formateur à PACT de rue, une organisation communautaire membre du RÉSAL qui agit directement auprès des jeunes et des personnes en difficulté afin de promouvoir de saines habitudes de vie et de prévenir des comportements à risque.

Les points suivants ont été abordés lors de la formation :

  • La définition et l’histoire du travail de rue;
  • Comment faire l’observation de terrain;
  • Comment bien intégrer un milieu de vie;
  • Comment maîtriser les techniques d’intervention.

En savoir plus à propos des autres formations données :

La prévention de la violence des gangs de rue

La prévention des violences à caractère sexuel

La prévention de la haine en ligne

Ces formations ont été réalisées grâce au soutien financier de la Ville de Montréal.

Offre d’emploi : Assistant.e de recherche

Le CIPC est à la recherche d’un.e Assitant.e de recherche. Son rôle inclura de soutenir le travail du ou de la chargé.e de projets dans l’identification et l’examen de littérature scientifique, de littérature grise, de rapports, de documents de travail et de plans stratégiques, dans l’examen, l’analyse et la description des actualités et des évènements relatifs à la prévention de la criminalité et de la radicalisation menant à la violence dans le monde et dans le développement de la base de connaissance du CIPC. Cette personne sera appelée à faire la collecte et l’analyse de données, à rédiger des rapports et des études et à participer à l’organisation de colloques, de séminaires internationaux et d’autres évènements.

La date limite pour soumettre une candidature est le 30 novembre 2021. Applications fermées.

Le CIPC invité à une discussion thématique du CCPCJ

En tant que membre du Réseau du Programme des Nations unies pour la prévention du crime et la justice pénale (PNI), le CIPC a été invité à assister virtuellement à la troisième réunion intersessionale de la Commission pour la prévention du crime et la justice pénale (CCPCJ) qui s’est tenue du 10 au 12 novembre. Cet événement, organisé par l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), fut la première ronde de discussions thématiques sur l’implémentation pratique de la Déclaration de Kyoto. Cette déclaration vise à progresser la prévention de la criminalité, la justice pénale et l’état de droit vers la réalisation du programme de développement durable à l’horizon 2030. La première session thématique du 10 novembre, auquel le CIPC a assisté, traitait des causes de la criminalité, de la prévention de la criminalité fondées sur des données probantes et de stratégies de prévention de la criminalité adaptées sur mesure. Le CIPC avait d’ailleurs contribué à distance à la préparation et à l’organisation de l’Atelier 1 : Prévention de la criminalité fondée sur des données probantes : statistiques, indicateurs et évaluation à l’appui des pratiques réussies dans le cadre d’un volet portant sur les stratégies globales de prévention de la criminalité en vue du développement social et économique du 14ème Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale.

En savoir plus

Offre d’emploi : Analyste – Sécurité urbaine

Le CIPC est à la recherche d’un ou d’une Analyste en sécurité urbaine. Son rôle inclura de contribuer à l’élaboration et la mise en œuvre de divers projets en sécurité urbaine et la prise en charge de la collecte et l’analyse des données reliées au projet qui lui seront confiés. Cette personne sera appelée à contribuer au développement de pratiques innovantes en sécurité urbaine et de processus de participation et co-construction multi-acteurs, ainsi qu’à participer proactivement au développement de l’organisation par un apport scientifique et technique à l’équipe du CIPC.

La date limite pour soumettre une candidature est le 30 novembre 2021. Applications fermées.

Le CIPC officialise un accord de coopération réciproque avec les Carabiniers du Chili

Vendredi le 5 novembre, le CIPC et les Carabiniers du Chili ont signé un accord de coopération réciproque dont l’objectif de générer et de promouvoir une relation de coopération et de compréhension qui permettra de construire une vision commune en matière de prévention de la criminalité. Par cette signature d’accord, les entités ont comme but de vouloir engager une collaboration par le développement potentiel d’activités communes favorisant le développement de sociétés et de communautés plus inclusives et plus sûres.

Une formation sur la prévention de la haine en ligne offerte par le RÉSAL

Dans le cadre de l’édification de la communauté de pratique du Réseau d’échange et de soutien aux actions locales (RÉSAL), duquel le CIPC est membre et coordonnateur, une troisième formation de sa série de formations et d’activités prévues pour cet automne s’est tenue le 4 novembre dernier. Celle-ci portait sur la prévention de la haine en ligne et avait comme objectif de familiariser les participants avec les concepts de la radicalisation menant à la violence et des actes à caractère haineux. Elle a permis d’aborder les différentes expressions extrémistes sur les réseaux sociaux, de dresser un portrait des initiatives et outils existants en matière de lutte contre la haine en ligne, et de partager des postures inspirantes pour faire face à la haine en ligne.

L’activité a été animée par Anne-Sophie Bedziri et Jeanne Plisson, conseillères au sein du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV), organisation membre du RÉSAL, sur les problématiques et enjeux liés à la radicalisation menant à la violence.

Parmi les faits saillants à retenir de cette formation, on a noté :

  • L’importance de bien déconstruire les termes (radicalisation, extrémisme, terrorisme) afin de les utiliser à bon escient. La radicalisation en soi peut être porteuse de progrès sociaux ou d’actions positives et n’implique pas nécessairement une dérive vers la violence.
  • Les actes à caractère haineux recouvrent plusieurs formes : incidents, propos et crimes haineux. Si le dernier tombe sous le coût de la loi, il est encore difficile aujourd’hui de lutter, avec le cadre législatif en place, contre les incidents et les propos haineux.
  • Plusieurs ressources peuvent être combinées pour limiter la radicalisation menant à la violence et les actes haineux en ligne. La manifestation d’intérêt envers les jeunes concernées par ces phénomènes, l’encouragement du doute et le renforcement des facteurs de protection constituent à ce titre des pistes importantes pour les intervenant.e.s de terrain.

En savoir plus à propos des autres formations données :

La prévention de la violence des gangs de rue

La prévention des violences à caractère sexuel

Travail de rue et intervention auprès des jeunes

Ces formations ont été réalisées grâce au soutien financier de la Ville de Montréal.

Une nouvelle employée se joint à l’équipe du CIPC

En début du mois de novembre, nous avons accueilli au CIPC une nouvelle employée : Rose Germain.

Rose, Stagiaire assistante de recherche, est actuellement finissante au baccalauréat en psychologie (Université Laval) et détient de l’expérience en travail auprès de la jeunesse. Elle a d’ailleurs travaillé pour Entraide Jeunesse Québec comme animatrice d’un groupe de soutien auprès d’adolescents volontaires aux prises avec des troubles d’anxiété.

Elle apportera un soutien à l’équipe au sein du Réseau d’échange et de soutien aux actions locales (RÉSAL). Bienvenue!

Une formation sur la prévention des violences à caractère sexuel offerte par le RÉSAL

Dans le cadre de l’édification de la communauté de pratique du RÉSAL, duquel le CIPC est membre et coordonnateur, une deuxième formation de la série de formations et d’activités prévues pour cet automne s’est tenue le 28 octobre dernier. Celle-ci portait sur la prévention des violences à caractère sexuel et avait comme objectif d’explorer l’importance du langage et de certains concepts dans la prévention des violences sexuelles, mais aussi à revenir sur les aspects légaux et les attitudes aidantes pour les intervenant.e.s de terrain.

L’activité a été animée par Katherine Lapierre, chargée de projet pour le programme d’éducation à la sexualité et intervenante au sein de l’organisme L’Anonyme, membre du RÉSAL, qui œuvre à promouvoir des comportements sécuritaires et des relations égalitaires auprès des jeunes.

Parmi les faits saillants à retenir de cette formation, on a noté :

  • L’importance du langage inclusif dans la prévention et l’intervention auprès des jeunes, afin de créer un environnement plus sécuritaire et de limiter les risques de stigmatisation.
  • Les formes multiples que peuvent prendre les violences sexuelles au quotidien, sans forcément être reconnues comme tel par les personnes qui en font l’objet ou qui les infligent (coercition sexuelle, harcèlement, stealthing, etc.).
  • Contrairement à un préjugé répandu, on estime qu’environ 2% des plaintes concernant les agressions sexuelles constituent de fausses accusations. Cette réalité statistique contraste avec une vision commune qui tend à mettre facilement en cause la parole des victimes.
  • Enfin, bien que de nombreux outils existent aujourd’hui pour accompagner les jeunes sur ce sujet, la manière dont les intervenant.e.s accueillent le dévoilement de ces violences (écoute, intérêt, confiance) reste néanmoins déterminante pour la suite du processus avec les personnes victimes.

En savoir plus à propos des autres formations données :

La prévention de la violence des gangs de rue

La prévention de la haine en ligne

Travail de rue et intervention auprès des jeunes

Ces formations ont été réalisées grâce au soutien financier de la Ville de Montréal.