Séminaire Police-Population organisé en collaboration avec Espoir 18 à Paris

Lors des 11 et 12 octobre, un séminaire portant sur la police-population a eu lieu à Paris, fruit d’une collaboration entre le CIPC et l’association parisienne Espoir 18. Ce séminaire avait pour objectif de présenter des initiatives performantes entreprises à l’international sur ce type de dialogue, par le biais de tables rondes, auprès d’un public universitaire, de policiers et d’acteurs de la société civile.   

Depuis 2019, le CIPC et Espoir 18 travaillent en étroite collaboration dans le cadre d’un projet portant sur l’amélioration du dialogue police-population, avec une attention particulière pour le jeune public et les groupes minoritaires dans leur rapport à l’institution policière. Ce partenariat s’inscrit donc dans une réflexion autour de pistes d’amélioration de ce type de dialogue, de documentation sur les expériences et pratiques innovantes à l’échelle internationale et de la favorisation de transfert de connaissances. 

Cette année, plusieurs activités ont été réalisées dans le cadre de cette collaboration : une revue de bonnes pratiques internationales a été coécrite, le CIPC a accueilli l’équipe d’Espoir 18 à Montréal dans le cadre de sa tournée théâtrale en Amérique du Nord, et ce séminaire qui a eu lieu au mois d’octobre. 

Le séminaire comprenait entre autres:  

  • La présentation de la revue de pratique “Améliorer le dialogue police-population : Une introduction aux enjeux et pratiques internationales”  produite par le CIPC et Espoir 18, avec le soutien de la Open Society Foundations; 
  • La présentation d’initiatives performantes nationales (en France) et internationales en plus de temps d’échanges autour de tables rondes ;  
  • La projection-débat autour dun documentaire réalisé par les jeunes d’Espoir 18 sur le contrôle au faciès ; 
  • Des témoignages de jeunes, de familles et de policiers sur les rapports police-population ;
  • Une soirée-débat portant sur des pistes de solutions pour améliorer le dialogue police-population et un futur plan d’action à mettre en place. 

Pour la poursuite des activités de cette collaboration, l’élaboration d’un plan d’action à partir des échanges et enseignements du séminaire sera produite pour la période de 2023 à 2025. 

Rencontre au CIPC de l’Adjoint au Maire délégué de la Ville de Bordeaux

Le 9 septembre 2022, nous avons eu le plaisir d’avoir accueilli à nos bureaux au centre-ville de Montréal, M. Amine Smihi, Adjoint au Maire de Bordeaux délégué à la tranquillité publique, la sécurité et la prévention et M. Louis Audet Gosselin, Directeur scientifique et stratégique du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV). La rencontre a été dédiée à présenter les organismes, de discuter autour des enjeux et préoccupations actuels de la Ville de Bordeaux en matière de sécurité urbaine, de la prévention de la criminalité et de la gouvernance de la sécurité, de même que d’échanger sur des perspectives de collaboration. 

Nous tenons à remercier M. Smihi pour sa venue à Montréal; ce fut un plaisir de l’avoir accueilli à nos bureaux. Nous remercions également M. Gosselin du CPRMV pour sa participation à cette rencontre bien fructueuse. 

Un consultant stratégique rejoint l’équipe du CIPC

Nous sommes très heureux d’avoir accueilli cette année un nouveau membre dans l’équipe: Oscar Figueroa.  

Oscar, consultant stratégique en Amérique latine, est titulaire d’une maitrise en analyse et prévention du crime, à l’université Miguel Hernandez (Espagne), et a suivi une formation dans le domaine de la police au sein de la gendarmerie française, du centre d’excellence pour la police de l’ONU à Vicenza (Italie) et de l’université de Californie à Long Beach. Avant de rejoindre à l’équipe, il était colonel retraité des Carabineros du Chili et cartographe. Il a plus de 20 ans d’expérience dans la mise en œuvre de systèmes d’information géographique pour la prévention de la criminalité et l’analyse criminelle. Il occupa également le rôle de chef du département d’analyse criminelle des Carbineros et préfet de la préfecture de l’Ouest à Santiago du Chili. 

Bienvenue dans l’équipe! 

Le CIPC accueille un nouveau membre international

Le CIPC est fier d’annoncer qu’un nouveau membre a adhéré à son réseau, soit l’IECRIMT, Instituto de Estudios Criminológicos Transdisciplinarios (l’Institut d’études criminologiques transdisciplinaires). Pour l’IECRIMT, il est extrêmement important de collaborer avec des instituts, des centres et des universités qui traitent des questions de criminologie et de sécurité. Dans ce sens, il est important de reconnaître la pertinence de l’échange d’informations, des réflexions et d’expériences entre nos deux entités qui permettront l’amélioration des pratiques et des politiques publiques dans le domaine de la prévention du crime, et de ce fait l’enrichissement du travail de chacun. 

À propos du Instituto d’Estudios Criminológicos Transdisciplinarios (IECRIMT) 

L’IECRIMT est spécialisé dans la prévention sociale de la violence et de la criminalité. Cet institut, fondé à Mexico en 2014, a été créé par des universitaires prestigieux ayant des années d’expérience dans le domaine, reconnaissant que les problèmes de sécurité, de violence et de criminalité sont clairement marqués par les caractéristiques structurelles des sociétés actuelles. 

La visite de la directrice de projets spéciaux de la CJGM au CIPC

Le 25 juillet 2022, le CIPC a reçu, dans ses bureaux au Centre-ville de Montréal, Mme Arij Riahi, directrice de projets spéciaux de la Clinique juridique du Grand Montréal (CJGM), pour discuter des enjeux d’insécurité qui touchent l’arrondissement de Montréal-Nord. La rencontre fait partie d’une recherche débutée cet été par le CIPC, qui vise à cartographier les services offerts dans le nord-est de l’Île de Montréal – les arrondissements de Montréal-Nord, Rivières-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Saint-Léonard et Villeray–Saint-Michel-Parc-Extension – en matière de prévention des violences armées. Entre autres, nous avons discuté de la place des jeunes dans l’arrondissement, des enjeux apparus depuis la pandémie et des pistes de solutions sur plusieurs sujets liés à la violence armée. 

Nous voulons remercier Mme Riahi pour avoir participé à la rencontre.   

Espoir 18 en mission à Montréal

Depuis 2019, le CIPC et l’association parisienne Espoir 18 travaillent en collaboration étroite dans le cadre d’un projet portant sur l’amélioration du dialogue police-population, avec une attention particulière pour le public jeune et les groupes minoritaires dans leur rapport à l’institution policière. L’objectif de ce projet a été de documenter les expériences et pratiques inspirantes à l’œuvre, des deux côtés de l’Atlantique, mais aussi de favoriser le transfert de connaissances et de nouer des collaborations autour de cette thématique.  

Espoir 18 est une association qui œuvre à l’insertion et à la socialisation de plus de 2000 jeunes âgés de 6 à 30 ans dans certains quartiers populaires de Paris, au travers d’activités culturelles, artistiques et sportives. Dans le cadre de sa mission d’accompagnement à la réussite et de prévention de la délinquance, Espoir 18 s’implique dans le déploiement d’une diversité d’initiatives de référence, allant de la création de projets artistiques à l’organisation de séjours de mobilité internationale. 

Dans le cadre de cette collaboration, une équipe mobile d’Espoir 18, composée d’une trentaine de personnes, dont une vingtaine de jeunes de l’association, était en mission à Montréal du 8 au 12 juillet 2022. Cette mission s’inscrit dans le cadre d’une tournée nord-américaine, notamment à Washington et à New York, de deux représentations théâtrales de référence, Bad Mama et Lettres à Nour, après un an de tournée dans des villes françaises.  

Nous sommes ravis de les avoir accueillis à Montréal.   

Les pièces en question abordent de multiples enjeux, soucis, aspirations et réalités que traversent la jeunesse contemporaine, en particulier dans certains territoires défavorisés : la vie quotidienne, la radicalisation pouvant mener à la violence, les questionnements identitaires, les rapports entre les générations et avec les institutions, ainsi que d’autres sujets. D’ailleurs, Bad Mama est un projet de co-développement, qui a débuté en 2019, entre jeunes et intervenants, mise en scène par Farid Abdelkrim, interprétée par la troupe des « Z’improbables » (troupe d’Espoir 18). Cette initiative artistique en est devenue un moyen pour le groupe pour apprendre à s’exprimer sur des sujets parfois complexes. Puis, Lettres à Nour est une pièce adaptée du roman de Rachid Benzine et mise en scène par celui-ci, interprétée par Farid Abdelkrim et Céline Dély, qui vise à déconstruire l’idéologie de Daech et à remettre en cause les certitudes des spectateurs et spectatrices. 

Pour la première soirée théâtrale, qui a eu lieu le samedi 9 juillet à l’Union Française de Montréal au centre-ville, près de 40 personnes se sont présentées pour assister aux pièces Bad Mama et Lettres à Nour. Les spectateurs ont eu aussi l’occasion de discuter de celles-ci avec l’équipe suite aux représentations.  

Le lundi 11 juillet, Espoir 18 et le CIPC ont été accueillis à Montréal-Nord par les organismes Parole d’excluEs et Hoodstock pour une visite aux habitations Pelletier, aux locaux de Parole d’excluEs ainsi qu’à la place de l’Espoir. Ces visites ont permis au groupe d’échanger avec des acteurs de terrain ainsi que d’en connaitre plus sur les réalités du quartier. 

En soirée, la deuxième représentation théâtrale a eu lieu à l’Espace 7000 à Montréal-Nord, accueillant près de 75 personnes. Les spectateurs ont aussi eu l’occasion d’échanger avec le groupe sur les enjeux évoqués par les pièces, l’origine de celles-ci et l’impact que ce type d’engagement a eu après des jeunes depuis le début du processus.  

Merci à tous les participants et participantes qui se sont joints aux événements.   

Un Plan d’action Stratégie jeunesse développé par VSP 

L’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension (VSP) a mandaté le CIPC pour élaborer une analyse des causes identifiées et des facteurs de protection existants autour de la violence commise et subie chez les jeunes usagers du parc François-Perrault, à Montréal. C’est sur la base des causes identifiées et des recommandations des experts du CIPC en prévention de la violence que l’Arrondissement a élaboré sa Stratégie jeunesse en prévention de la criminalité.  

De plus, VSP a octroyé des centaines de milliers de dollars pour financer de nombreux projets d’organismes partenaires soutenant les jeunes de 12 à 25 ans sur son territoire. L’ensemble des projets proposés par VSP se rattache directement à la stratégie, notamment au niveau des objectifs suivants : 

  • Favoriser davantage l’inclusion sociale et la participation des jeunes 
  • Promouvoir des modèles et des parcours de réussite positifs 
  • Outiller les jeunes afin de leur permettre une saine gestion des émotions et le développement d’habiletés sociales et interpersonnelles 
  • Renforcer les capacités et compétences parentales 

Pour en savoir plus, téléchargez le plan d ici 

Le CIPC participe à la 2e journée du Forum pour la lutte contre la violence armée

Le 31 mars 2022, le CIPC a eu le plaisir d’assister à la deuxième journée du Forum montréalais pour la lutte contre la violence armée : s’unir pour la jeunesse, organisé par le SPVM et la Ville de Montréal. Ce forum visait les objectifs suivants:  

    1. Favoriser la communication entre les partenaires institutionnels et communautaires qui travaillent auprès de la jeunesse montréalaise;
    2. Identifier des leviers de collaboration et trouver des solutions concrètes en tenant compte de la mission et de l’expertise de chacun;
    3. Développer un modèle montréalais concerté qui mobilise l’ensemble des intervenants.

Lors de cette journée, des partenaires stratégiques se sont présentés afin, notamment, d’établir des engagements communs pour contrer le phénomène de la violence armée. L’influence des médias sociaux et la nécessité d’échanger de l’information sont également des sujets qui ont été abordés lors de l’événement.

« La lutte contre la violence armée exige une réponse globale » , a souligné le SPVM. « C’est pourquoi nous devons tous y contribuer, chacun à notre façon, en fonction de nos rôles, de nos missions et de nos expertises respectives. Nous avons tous la responsabilité de prendre des engagements porteurs de changement pour la jeunesse montréalaise. »

En savoir plus : https://sync-stream.tv/spvm_forum/

Le CIPC participe à un Forum pour la lutte contre la violence armée

Le 24 février 2022, le CIPC a eu le plaisir d’assister au Forum montréalais pour la lutte contre la violence armée : s’unir pour la jeunesse, organisé par le SPVM et la Ville de Montréal. Ce forum visait les objectifs suivants:  

  1. Favoriser la communication entre les partenaires institutionnels et communautaires qui travaillent auprès de la jeunesse montréalaise;
  2. Identifier des leviers de collaboration et trouver des solutions concrètes en tenant compte de la mission et de l’expertise de chacun;
  3. Développer un modèle montréalais concerté qui mobilise l’ensemble des intervenants.

La matinée était consacrée à différentes présentations relatives à la thématique avec un état de situation des évènements de violence armée sur le territoire, une présentation des travaux du Comité stratégique de partenaires pour lutter contre la violence armée, une présentation des résultats de la rencontre Montréal sécuritaire pour les jeunes, et enfin une présentation des meilleures pratiques de prévention en matière de violence armée.  

L’après-midi a été consacré à des travaux en sous-groupe afin de dégager des pistes d’actions, l’action concertée étant une nécessité sur ces enjeux.  

Le forum se poursuivra le 31 mars 2022 avec une journée de travail qui visera à convenir d’engagements communs répondants aux actions prioritaires identifiées.   

Un nouveau stagiaire au CIPC

En début janvier, le CIPC a accueilli un nouveau membre dans l’équipe : Mavrick Langlois.

Mavrick, Stagiaire Assistant de recherche, est présentement en troisième et dernière année du baccalauréat en criminologie à l’Université de Montréal, profil Analyse. Il détient de l’expérience en tant qu’auxiliaire de recherche auprès de chercheurs du Centre international de criminologie comparée et travaille également à temps partiel comme assistant à la gestion des dossiers à la Société de criminologie du Québec. Dans le cadre de son stage, il travaillera notamment sur la prévention de la violence en milieu scolaire. Bienvenue Mavrick!