Séminaire Police-Population organisé en collaboration avec Espoir 18 à Paris

Lors des 11 et 12 octobre, un séminaire portant sur la police-population a eu lieu à Paris, fruit d’une collaboration entre le CIPC et l’association parisienne Espoir 18. Ce séminaire avait pour objectif de présenter des initiatives performantes entreprises à l’international sur ce type de dialogue, par le biais de tables rondes, auprès d’un public universitaire, de policiers et d’acteurs de la société civile.   

Depuis 2019, le CIPC et Espoir 18 travaillent en étroite collaboration dans le cadre d’un projet portant sur l’amélioration du dialogue police-population, avec une attention particulière pour le jeune public et les groupes minoritaires dans leur rapport à l’institution policière. Ce partenariat s’inscrit donc dans une réflexion autour de pistes d’amélioration de ce type de dialogue, de documentation sur les expériences et pratiques innovantes à l’échelle internationale et de la favorisation de transfert de connaissances. 

Cette année, plusieurs activités ont été réalisées dans le cadre de cette collaboration : une revue de bonnes pratiques internationales a été coécrite, le CIPC a accueilli l’équipe d’Espoir 18 à Montréal dans le cadre de sa tournée théâtrale en Amérique du Nord, et ce séminaire qui a eu lieu au mois d’octobre. 

Le séminaire comprenait entre autres:  

  • La présentation de la revue de pratique “Améliorer le dialogue police-population : Une introduction aux enjeux et pratiques internationales”  produite par le CIPC et Espoir 18, avec le soutien de la Open Society Foundations; 
  • La présentation d’initiatives performantes nationales (en France) et internationales en plus de temps d’échanges autour de tables rondes ;  
  • La projection-débat autour dun documentaire réalisé par les jeunes d’Espoir 18 sur le contrôle au faciès ; 
  • Des témoignages de jeunes, de familles et de policiers sur les rapports police-population ;
  • Une soirée-débat portant sur des pistes de solutions pour améliorer le dialogue police-population et un futur plan d’action à mettre en place. 

Pour la poursuite des activités de cette collaboration, l’élaboration d’un plan d’action à partir des échanges et enseignements du séminaire sera produite pour la période de 2023 à 2025. 

Lancement de la 7e conférence internationale du CIPC

7IÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L’OBSERVATION, L’ANALYSE ET LA PRÉVENTION DE L’INSÉCURITÉ : LA SÛRETÉ DES MOBILITÉS 

Paris, 4 octobre 2022 – le CIPC, en collaboration avec le Ministère chargé des Transports de France, l’Union internationale des transports publics, l’Union internationale des chemins de fer, Safe.brussels, l’Union des Transports Publics et Ferroviaires, l’Institut des hautes études du ministère de l’Intérieur, le gouvernement du Québec ainsi que le gouvernement du Canada annonce l’ouverture de la 7e conférence internationale sur l’observation, l’analyse et la prévention de l’insécurité, le 5 et 6 octobre 2022, aux locaux de l’Union Internationale des Chemins de fer (16, rue Jean-Rey, Paris).

Dans le cadre de la série des conférences internationales sur l’observation de la criminalité et l’analyse criminelle organisées par le Centre international pour la prévention de la criminalité depuis 2007, la 7e édition portera sur le thème de la sûreté des mobilités.

L’événement prévoit accueillir 200 participants incluant près d’une cinquantaine de conférenciers internationaux. Ces experts et praticiens partageront leurs connaissances ainsi que leurs initiatives et bonnes pratiques en matière de prévention de l’insécurité dans les mobilités.

La conférence abordera divers niveaux d’analyse : des tendances mondiales en matière de sûreté des mobilités, des stratégies nationales et locales des gouvernements en prévention, des expériences de travail des institutions et associations communautaires, des nouvelles approches de recherche, ainsi que des ateliers touchant des aspects spécifiques et pratiques dans ce domaine.

Elle visera à offrir un espace d’échanges entre les experts de la sûreté dans les mobilités afin d’identifier des pistes d’innovation, d’actions, de transfert de connaissances et de recherche appliquée ainsi que des opportunités de partenariat entre les acteurs clés de ces domaines.

Date et lieu de la conférence : 5 et 6 octobre 2022, locaux de L’Union internationale des chemins de fer, 16, rue Jean-Rey, Paris.

Le programme de la conférence est disponible sur : https://cipc-icpc.org/conference-2022/

 

Sources

Vanessa Reggio
Directrice des communications et des relations publiques
vreggio@cipc-icpc.org

Espoir 18 en mission à Montréal

Depuis 2019, le CIPC et l’association parisienne Espoir 18 travaillent en collaboration étroite dans le cadre d’un projet portant sur l’amélioration du dialogue police-population, avec une attention particulière pour le public jeune et les groupes minoritaires dans leur rapport à l’institution policière. L’objectif de ce projet a été de documenter les expériences et pratiques inspirantes à l’œuvre, des deux côtés de l’Atlantique, mais aussi de favoriser le transfert de connaissances et de nouer des collaborations autour de cette thématique.  

Espoir 18 est une association qui œuvre à l’insertion et à la socialisation de plus de 2000 jeunes âgés de 6 à 30 ans dans certains quartiers populaires de Paris, au travers d’activités culturelles, artistiques et sportives. Dans le cadre de sa mission d’accompagnement à la réussite et de prévention de la délinquance, Espoir 18 s’implique dans le déploiement d’une diversité d’initiatives de référence, allant de la création de projets artistiques à l’organisation de séjours de mobilité internationale. 

Dans le cadre de cette collaboration, une équipe mobile d’Espoir 18, composée d’une trentaine de personnes, dont une vingtaine de jeunes de l’association, était en mission à Montréal du 8 au 12 juillet 2022. Cette mission s’inscrit dans le cadre d’une tournée nord-américaine, notamment à Washington et à New York, de deux représentations théâtrales de référence, Bad Mama et Lettres à Nour, après un an de tournée dans des villes françaises.  

Nous sommes ravis de les avoir accueillis à Montréal.   

Les pièces en question abordent de multiples enjeux, soucis, aspirations et réalités que traversent la jeunesse contemporaine, en particulier dans certains territoires défavorisés : la vie quotidienne, la radicalisation pouvant mener à la violence, les questionnements identitaires, les rapports entre les générations et avec les institutions, ainsi que d’autres sujets. D’ailleurs, Bad Mama est un projet de co-développement, qui a débuté en 2019, entre jeunes et intervenants, mise en scène par Farid Abdelkrim, interprétée par la troupe des « Z’improbables » (troupe d’Espoir 18). Cette initiative artistique en est devenue un moyen pour le groupe pour apprendre à s’exprimer sur des sujets parfois complexes. Puis, Lettres à Nour est une pièce adaptée du roman de Rachid Benzine et mise en scène par celui-ci, interprétée par Farid Abdelkrim et Céline Dély, qui vise à déconstruire l’idéologie de Daech et à remettre en cause les certitudes des spectateurs et spectatrices. 

Pour la première soirée théâtrale, qui a eu lieu le samedi 9 juillet à l’Union Française de Montréal au centre-ville, près de 40 personnes se sont présentées pour assister aux pièces Bad Mama et Lettres à Nour. Les spectateurs ont eu aussi l’occasion de discuter de celles-ci avec l’équipe suite aux représentations.  

Le lundi 11 juillet, Espoir 18 et le CIPC ont été accueillis à Montréal-Nord par les organismes Parole d’excluEs et Hoodstock pour une visite aux habitations Pelletier, aux locaux de Parole d’excluEs ainsi qu’à la place de l’Espoir. Ces visites ont permis au groupe d’échanger avec des acteurs de terrain ainsi que d’en connaitre plus sur les réalités du quartier. 

En soirée, la deuxième représentation théâtrale a eu lieu à l’Espace 7000 à Montréal-Nord, accueillant près de 75 personnes. Les spectateurs ont aussi eu l’occasion d’échanger avec le groupe sur les enjeux évoqués par les pièces, l’origine de celles-ci et l’impact que ce type d’engagement a eu après des jeunes depuis le début du processus.  

Merci à tous les participants et participantes qui se sont joints aux événements.   

Le CIPC a rencontré son réseau en France et en Belgique

Le CIPC était de retour en mission en Europe. Durant le mois de mai, la Directrice générale, Ann Champoux, a rencontré plusieurs membres, partenaires et nouveaux collaborateurs pour discuter sur des opportunités de collaboration en prévention de la criminalité. 

Rencontres avec la présidente du conseil d’administration du CIPC, l’UIC et l’ONDT

Mardi, le 17 mai, à Paris, le CIPC a rencontré la présidente du conseil d’administration Isabelle Lonvis-Rome afin d’échanger, entre autres, sur la programmation stratégique 2021-2023 du CIPC.  

En après-midi, le CIPC a rencontré Marie-Hélène Bonneau, Chef de la division de sécurité pour l’Union internationale des chemins de fer (UIC), et Fabrice Fussy, Chef de l’Observatoire National de la délinquance dans les transports (ONDT), dans l’objectif d’échanger et de collaborer pour l’organisation d’une conférence qui aura lieu à l’automne 2022.  

Rencontre avec la Direction des Relations Internationales de la mairie de Bordeaux

Mercredi, le 18 mai, la directrice générale et la présidente du conseil d’administration du CIPC se sont rendues à Bordeaux pour une rencontre au Tribunal judiciaire de Bordeaux dans l’objectif d’échanger avec des acteurs français sur les enjeux liés aux violences conjugales ainsi que sur l’Égalité entre les femmes et les hommes.  

 

Par la suite, Ann Champoux a rencontré Sophie Senghor, Directrice Adjointe du Cabinet du Président et la Direction des Relations Internationales de la mairie de Bordeaux. Cette rencontre fut l’occasion de présenter les activités en cours du CIPC, ainsi que des perspectives de collaboration à mettre en place à Bordeaux, autour de projets liés à la prévention de l’exploitation des femmes et à la sécurité urbaine.  

Rencontre avec la Délégation Générale du Québec à Paris

Vendredi, le 20 mai, le CIPC était de retour à Paris pour rencontrer Lisa-Marlène Ntibayindusha, Conseillère aux affaires politiques et à la coopération de la Délégation Générale du Québec à Paris. Une rencontre qui a porté sur les activités en cours du CIPC et de collaborations à venir notamment pour l’organisation d’une conférence internationale en automne 2022. 

Rencontres avec l’UITP et la Délégation générale du Québec à Bruxelles

Lundi, le 23 mai, une rencontre aux bureaux de l’UITP à Bruxelles, soit l’Union internationale des transports Publics, a eu lieu avec  Karine Sbirrazzuoli, codirectrice du département de connaissance & de l’innovation, et Mohamed Mezghani, secrétaire général, pour une réunion de travail portant sur la sûreté dans les transports.   

En après-midi, une discussion a eu lieu avec Stéphanie Franssen, Attachée affaires bilatérales & coopération de la Délégation générale du Québec à Bruxelles, pour faire une mise au point des projets internationaux et de collaborations à venir. 

Rencontre avec Bruxelles Prévention & Sécurité

Mardi, le 24 mai, le CIPC a été reçu pour une réunion de travail aux bureaux de Bruxelles Prévention & Sécurité pour rencontrer le Comité de Direction, incluant entre autres, la Directrice générale et Haut Fonctionnaire pour la région bruxelloises, Sophie Lavaux, et la Directrice de l’Observatoire bruxellois pour la Prévention et la Sécurité, Christine Rouffin.  

Rencontre avec l’Institut des hautes études du ministère de l’Intérieur (IHEMI)

Mercredi, le 25 mai, Ann Champoux et Fabrice Fussy, Chef de l’Observatoire National de la délinquance dans les transports, partenaire du CIPC, ont rencontré Éric Freysselinard, Haut fonctionnaire français, Directeur de l’Institut des hautes études du ministère de l’Intérieur (IHEMI), pour discuter des enjeux liés à l’insécurité dans les transports en France. 

Nous tenons à remercier tous nos collaborateurs pour leur accueil et ces échanges fructueux. 

Le CIPC participe à une rencontre de coordination du PNI

Le 27 mai, le CIPC a participé à la deuxième rencontre de coordination de l’année du Réseau du Programme des Nations Unies pour la Prévention du Crime et la Justice Pénale (PNI) dans le cadre de son rôle au sein de la Commission pour la prévention du crime et la justice pénale (CCPCJ) de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC). 

La réunion a entre autres permis aux membres du réseau de présenter leurs activités récentes et en cours, de revenir sur la « Déclaration de Kyoto visant à faire progresser la prévention de la criminalité, la justice pénale et l’état de droit » et de faire un retour au sujet de la 31e session de la CCPCJ qui a eu lieu du 16 au 20 mai à Vienne. 

Le CIPC participe à un atelier exploratoire, organisé par le RMCPC

Le 24 mars dernier, le CIPC a eu le plaisir d’assister à l’atelier exploratoire sur le rôle des professionnels scolaires dans la prévention de la polarisation sociale et de la radicalisation menant à la violence, organisé par le Réseau municipal canadien en prévention de la criminalité (RMCPC).

Lors de cette journée, un panel de discussion a mis en lumière certaines recherches et a incité l’échange des connaissances pour mieux comprendre et construire des approches scolaires afin de prévenir la polarisation sociale et la radicalisation violente.

Cet atelier a entre autres permis une collaboration interdisciplinaire et multipartite entre les participants pour qu’ils puissent rencontrer, apprendre et entendre des praticiens et des fournisseurs de services en matière de polarisation sociale et de radicalisation menant à la violence, ainsi que des professionnels de l’école (c’est-à-dire des enseignants, des administrateurs, des travailleurs sociaux, etc.) du Canada.

Nous tenons à remercier le RMCPC pour l’invitation.

En savoir plus : Video: School Professionals and the Prevention of Social Polarization and Violent Radicalization​ – YouTube

Le CIPC participe au forum « Racismes et antiracisme : enjeux autochtones », organisé par l’IRIPI

Les 17 et 18 mars dernier, le CIPC a eu le plaisir d’assister au forum « Racismes et antiracisme : enjeux autochtones », organisé par l’Institut de Recherche sur l’Intégration Professionnelle des Immigrants (IRIPI). Ce forum avait pour ambition de prôner la mobilisation collective en dénonçant les manifestations de racisme. Il visait également à apporter un éclairage sur les avancées et les angles morts qui persistent dans de nombreux domaines.  

Plusieurs présentations ont été faites, renseignant sur les enjeux autochtones dans divers milieux : écoles, cégeps, universités ou encore milieu de travail. Des bonnes pratiques ainsi que des guides en matière d’intervention et de recherche en milieu autochtones ont également été partagés.  

Merci pour l’invitation. 

Le CIPC participe à la 2e journée du Forum pour la lutte contre la violence armée

Le 31 mars 2022, le CIPC a eu le plaisir d’assister à la deuxième journée du Forum montréalais pour la lutte contre la violence armée : s’unir pour la jeunesse, organisé par le SPVM et la Ville de Montréal. Ce forum visait les objectifs suivants:  

    1. Favoriser la communication entre les partenaires institutionnels et communautaires qui travaillent auprès de la jeunesse montréalaise;
    2. Identifier des leviers de collaboration et trouver des solutions concrètes en tenant compte de la mission et de l’expertise de chacun;
    3. Développer un modèle montréalais concerté qui mobilise l’ensemble des intervenants.

Lors de cette journée, des partenaires stratégiques se sont présentés afin, notamment, d’établir des engagements communs pour contrer le phénomène de la violence armée. L’influence des médias sociaux et la nécessité d’échanger de l’information sont également des sujets qui ont été abordés lors de l’événement.

« La lutte contre la violence armée exige une réponse globale » , a souligné le SPVM. « C’est pourquoi nous devons tous y contribuer, chacun à notre façon, en fonction de nos rôles, de nos missions et de nos expertises respectives. Nous avons tous la responsabilité de prendre des engagements porteurs de changement pour la jeunesse montréalaise. »

En savoir plus : https://sync-stream.tv/spvm_forum/

Le CIPC participe à un Forum pour la lutte contre la violence armée

Le 24 février 2022, le CIPC a eu le plaisir d’assister au Forum montréalais pour la lutte contre la violence armée : s’unir pour la jeunesse, organisé par le SPVM et la Ville de Montréal. Ce forum visait les objectifs suivants:  

  1. Favoriser la communication entre les partenaires institutionnels et communautaires qui travaillent auprès de la jeunesse montréalaise;
  2. Identifier des leviers de collaboration et trouver des solutions concrètes en tenant compte de la mission et de l’expertise de chacun;
  3. Développer un modèle montréalais concerté qui mobilise l’ensemble des intervenants.

La matinée était consacrée à différentes présentations relatives à la thématique avec un état de situation des évènements de violence armée sur le territoire, une présentation des travaux du Comité stratégique de partenaires pour lutter contre la violence armée, une présentation des résultats de la rencontre Montréal sécuritaire pour les jeunes, et enfin une présentation des meilleures pratiques de prévention en matière de violence armée.  

L’après-midi a été consacré à des travaux en sous-groupe afin de dégager des pistes d’actions, l’action concertée étant une nécessité sur ces enjeux.  

Le forum se poursuivra le 31 mars 2022 avec une journée de travail qui visera à convenir d’engagements communs répondants aux actions prioritaires identifiées.   

Le CIPC participe à une rencontre du TAHub

Le CIPC a participé à la rencontre de janvier du Traffik Analysis Hub (TAHub), un réseau de 116 organisations à travers le monde, dont le CIPC, dont l’objectif est de contribuer à l’éradication de l’exploitation humaine de toute sorte. Cette rencontre a inclus une présentation de nouveaux indicateurs facilitant l’analyse des tendances actuelles en ce qui concerne le trafic humain. L’organisation américaine Polaris, dont le mandat est de lutter contre le trafic humain, y a aussi présenté un projet de collecte de données axées sur le milieu agricole américano-mexicain. Grâce à la mise en place d’une ligne téléphonique d’assistance, cet organisme a pu récolter des informations directement auprès des victimes, pour la plupart des travailleurs mexicains sans papiers, élargissant de ce fait leur rayonnement communautaire.