Le CIPC organise une activité de prospective

Dans la continuité du Plan climat 2020-2030 et de la mise en œuvre de la Stratégie montréalaise pour une ville résiliente, la Ville de Montréal a souhaité soutenir la création de pôles de résilience sur son territoire. Cette initiative, portée par l’intermédiaire du programme Tandem, vise à outiller les communautés face aux problématiques de justice sociale, de sécurité urbaine et de changements climatiques qui peuvent les impacter durablement.

Dans ce contexte, le CIPC a été mandaté afin d’apporter un soutien méthodologique aux porteurs du projet et à l’équipe en charge de piloter l’implantation des pôles de résilience dans 5 secteurs de la municipalité : Ahuntsic-Cartierville/St-Laurent, Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Saint-Léonard, Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension et Rivière-Des-Prairies-Pointe-aux-Trembles.

C’est dans cet objectif que le 29 avril dernier, le CIPC a rencontré les agents et agentes de résilience, soit l’équipe pilote, pour une activité de prospective dans le cadre du développement des pôles de résilience communautaire.

Cette activité avait pour but d’identifier la raison d’être des pôles et des agents et agentes de résilience avec le temps, de les mettre en situation face à des scénarios de prospective différenciés et de définir les premiers jalons pour l’intervention des pôles à court, moyen et long termes.

Nous tenons à remercier tous les agents et agentes de résilience pour leur participation.

Un Plan d’action Stratégie jeunesse développé par VSP 

L’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension (VSP) a mandaté le CIPC pour élaborer une analyse des causes identifiées et des facteurs de protection existants autour de la violence commise et subie chez les jeunes usagers du parc François-Perrault, à Montréal. C’est sur la base des causes identifiées et des recommandations des experts du CIPC en prévention de la violence que l’Arrondissement a élaboré sa Stratégie jeunesse en prévention de la criminalité.  

De plus, VSP a octroyé des centaines de milliers de dollars pour financer de nombreux projets d’organismes partenaires soutenant les jeunes de 12 à 25 ans sur son territoire. L’ensemble des projets proposés par VSP se rattache directement à la stratégie, notamment au niveau des objectifs suivants : 

  • Favoriser davantage l’inclusion sociale et la participation des jeunes 
  • Promouvoir des modèles et des parcours de réussite positifs 
  • Outiller les jeunes afin de leur permettre une saine gestion des émotions et le développement d’habiletés sociales et interpersonnelles 
  • Renforcer les capacités et compétences parentales 

Pour en savoir plus, téléchargez le plan d ici 

Offre d’emploi : assistant(e) aux communications – été 2022

Dans le cadre du programme Jeunesse Canada au travail dans les deux langues officielles (JCTDLO), le CIPC cherche à combler un poste d’assistant(e) aux communications pour l’été 2022. Leurs tâches consisteront de travailler avec l’équipe des communications dans la mise en œuvre de la stratégie de communication du CIPC et d’apporter un soutien à la planification, la gestion et la promotion quant aux efforts de communications afin de faire rayonner les activités de l’organisation auprès de ses clientèles cibles. Il s’agit d’un rôle transversal qui touche directement les activités de l’organisation, avant, pendant et après leur déploiement.

Les activités de l’emploi d’été ont pour but de fournir à l’étudiant l’occasion de développer et d’évaluer ses connaissances acquises dans le domaine des communications afin de pouvoir les mettre en œuvre en milieu professionnel.

Relevant de la responsable des communications, l’assistant(e) devra de façon plus spécifique soutenir deux projets principaux :

– Favoriser l’engagement entre les membres qui ont adhéré au réseau de l’organisation par le développement d’une stratégie de communication à long terme (consolidation de la relation avec les membres, favoriser les changes, appui, promotion).

– Soutenir l’organisation d’une conférence internationale portant sur le thème de la sûreté dans les transports (mobilisation, stratégie promotionnelle en ligne, rédaction et suivi courriels, organisation de déplacement de conférenciers, rédaction, traduction et révision de document de préparation).

La date limite pour soumettre une candidature est le 16 mai 2022. La date limite pour dépôt de candidatures est prolongée jusqu’au 31 mai 2022.

Pour voir l’offre complète : Assistant(e) aux communications – été 2022

Une nouvelle stagiaire au CIPC

En janvier 2022, le CIPC a accueilli une nouvelle employée dans l’équipe : Eva Croci.

Eva, Stagiaire Assistante de recherche, complète présentement sa maîtrise en politiques publiques internationales à l’Université de Sherbrooke. Dans le cadre de ses études, elle réalise un travail dirigé sur le terrorisme d’extrême droite en Occident avec la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents, partenaire du CIPC. Elle détient de l’expérience en tant qu’auxiliaire de recherche à l’Université de Sherbrooke où elle a travaillé sur les questions relatives au terrorisme et à la cybercriminalité. Dans le cadre de son stage, elle travaillera notamment sur des mandats relatifs à la prévention des contenus glorifiant les armes à feu sur les médias sociaux.

Publication d’un partenaire du CIPC

La Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l'extrémisme violent (Chaire UNESCO-PREV) de l’Université de Sherbrooke, partenaire du CIPC, a publié ce mois-ci une étude exploratoire internationale intitulée « Améliorer l’évaluation en prévention de l’extrémisme violent, c’est l’affaire de tous ! ». Cette étude vise à documenter les expériences, les défis et les apprentissages des chercheuses, chercheurs, intervenantes et intervenants qui ont réalisé des évaluations de programmes et de pratiques en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent dans différents pays occidentaux. Elle est basée sur des entretiens semi-structurés auprès de chercheuses, de chercheurs, d’intervenantes et d’intervenants travaillant dans le domaine de la prévention de l’extrémisme violent réalisés par le CIPC et la Chaire UNESCO-PREV en Amérique du Nord et en Europe en début d’année 2020.

Lire l’étude : Améliorer l’évaluation en prévention de l’extrémisme violent, c’est l’affaire de tous !

Une formation pour intervenant.e.s socio-communautaires offerte par le RÉSAL

Dans le cadre de l’édification de la communauté de pratique du Réseau d’échange et de soutien aux actions locales (RÉSAL), duquel le CIPC est membre et coordonnateur, une quatrième formation de la série de formations et d’activités prévues pour cet automne s’est tenue le 11 novembre dernier. Celle-ci fut adressée principalement à des intervenant(e)s socio-communautaires de Montréal dans l’objectif de mettre de l’avant des techniques d’approche, de prise de contact et d’intervention en matière de travail de rue pour les personnes intervenant auprès des populations jeunesse ainsi qu’auprès des personnes en difficulté.

L’activité a été animée par Maxime Bonneau, coordonnateur clinique et formateur à PACT de rue, une organisation communautaire membre du RÉSAL qui agit directement auprès des jeunes et des personnes en difficulté afin de promouvoir de saines habitudes de vie et de prévenir des comportements à risque.

Les points suivants ont été abordés lors de la formation :

  • La définition et l’histoire du travail de rue;
  • Comment faire l’observation de terrain;
  • Comment bien intégrer un milieu de vie;
  • Comment maîtriser les techniques d’intervention.

En savoir plus à propos des autres formations données :

La prévention de la violence des gangs de rue

La prévention des violences à caractère sexuel

La prévention de la haine en ligne

Ces formations ont été réalisées grâce au soutien financier de la Ville de Montréal.

Nouveau guide – DataJam contre l’exploitation : Manuel de la personne participante

Dans le cadre du DataJam contre l’exploitation 2021, le premier concours d’innovation en ligne au Canada pour lutter contre la traite des personnes, un manuel pour les participants a été développé et publié. Financé par le gouvernement du Canada, le concours été réalisé en partenariat avec le CIPC, la Fundación Pasos Libres, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC) et IBM.

Ce manuel est une version adaptée et traduite, en collaboration avec la Fundación Pasos Libres, le CIPC et l’UNODC, d’une première version publiée à l’origine par la Fundación Pasos Libres, avec le soutien d’IBM Corporate Social Responsability, dans le cadre du matériel de formation du DataJam Pasos Libres Online 2020, le premier concours international du genre contre la traite des êtres humains.

Le DataJam contre l’exploitation, s’étant déroulé en mai 2021, avait comme objectif de développer des solutions technologiques pour identifier et lutter contre la traite des êtres humains au Canada, en particulier chez les jeunes, les communautés autochtones et la communauté LGBTQI+. L’évènement visait également à sensibiliser le public à la question de la traite des êtres humains, à améliorer les capacités techniques et matérielles des participants et à renforcer la collaboration entre secteurs interdisciplinaires. Dans le manuel, trois modules explicatifs offrent au lecteur une introduction à la traite des personnes au Canada et aux enjeux connexes, un survol de l’importance des données dans la lutte contre ce crime et des études de cas.

Le module 1, Introduction à la traite humaine, porte sur les formes d’exploitation, les facteurs de risques et les méthodes de recrutement et de contrôle. Il présente aussi brièvement les différentes législations visant à lutter contre la traite des personnes.

Le module 2, Données et traite humaine, explore l’importance des données dans le domaine de la lutte contre la traite des personnes. Il présente quelques exemples d’industries clés et de données probantes ainsi que certaines considérations relatives à la sécurité et à la protection des données.

Le dernier module, Études de cas / Exemples de réussite, porte sur trois organisations et initiatives faisant usage du pouvoir des données et de la collaboration pour prévenir et lutter contre la traite des personnes.

Télécharger : DataJam contre l’exploitation : Manuel de la Personne Participante

Le CIPC prend part au Programme de soutien aux municipalités 

Ce printemps, le CIPC a terminé la première année du Programme de soutien aux municipalités (PSM) 2019-2022, instauré par le ministère de la Sécurité publique (MSP). Ce programme vise à octroyer du financement aux organisations municipales, y compris les organisations autochtones, de moins de 100 000 habitants pour leur permettre de concevoir et de mettre en place des actions préventives adaptées aux problèmes de criminalité et de sécurité qui les préoccupent.   

En finançant la mise en œuvre de plans d’action et de mesures en prévention, le PSM peut contrecarrer l’émergence ou l’aggravation de problèmes, autant chez les jeunes que chez les adultes, gravitant autour d’enjeux tels que :  

  • La criminalité et la victimisation des personnes; 
  • Les désordres et les incivilités; 
  • La perception de sécurité et le sentiment de sécurité; 
  • L’appréciation des services à la population. 

En cohérence avec le mandat du MSP, dans le cadre du PSM en prévention de la criminalité, le CIPC a été mandaté afin d’accompagner dix municipalités dans la mise en place d’une démarche structurée de planification des interventions en prévention de la criminalité, soit le volet 1 du PSM.

Les dix municipalités sont les suivantes : 

  • Ville de l’Épiphanie
  • Notre-Dame des Prairies
  • Ville de Joliette
  • Municipalité de Notre-Dame de Ham
  • Sainte-Brigitte de Laval
  • Ville de Sainte-Julie
  • Municipalité deSaint-Prime
  • MRC Avignon
  • Pakuashipi 
  • Conseil des Atikamekw de Wemotaci

Guide d’évaluation d’impact pour les projets et programmes en prévention de la consommation de cannabis chez les jeunes

L’objectif de cet outil, principalement destiné à des gestionnaires et coordinateurs de programmes en charge d’organiser les évaluations, est d’offrir une méthodologie simple, systématisée et adaptable pour élaborer et mettre en œuvre des processus d’évaluation d’impact pour les programmes en prévention de la consommation de cannabis chez les jeunes. Celui-ci est fondé dans les approches d’évaluation d’impact en santé publique et en sécurité urbaine et est divisé en deux parties.

D’abord, à travers cinq modules, le Guide d'évaluation des programmes de prévention de consommation du cannabis chez les jeunes propose des outils concrets d’analyse de ces programmes, afin de mieux cerner les enjeux et l’importance de l’évaluation. Appuyé sur des études officielles et scientifiques récentes, cet instrument d’analyse permet, grâce à des étapes simples, d’arriver à une compréhension globale de la portée et de la réussite de programmes qui s’avèrent être complexes dans leur évaluation. En adoptant une approche réaliste, le guide aborde cette question en proposant une méthode hybride, alliant évaluation de mise en œuvre des étapes de ces programmes et évaluation de résultats. Cette méthode aboutit à la constitution d’un cadre logique, étape indispensable à la bonne appréhension des enjeux, à chaque étape, de l’initiative. Un accent particulier est mis sur l’importance centrale de la sélection d’indicateurs adaptés, étape cruciale dans la mesure de l’action initiée, tout comme la récolte de données, qui permettra à l’évaluateur d’émettre des recommandations qui s’avèreront vitales à la bonne marche du programme.

Ensuite, en tant que bonification à cet outil, un module de quatre chapitres intitulé La légalisation du cannabis : comment y répondre avec les programmes de prévention de consommation du cannabis chez les jeunes est proposé pour mettre l’accent sur l’élaboration de programmes pour venir en soutien aux municipalités dans leur développement stratégique autour de ces questions.

 

Télécharger : Guide d'évaluation des programmes de prévention de consommation du cannabis chez les jeunes

Télécharger : La légalisation du cannabis : comment y répondre avec les programmes de prévention de consommation du cannabis chez les jeunes

Le CIPC se joint au Traffik Analysis Hub

Le CIPC a récemment été invité à se joindre au Traffik Analysis Hub (TA Hub), un programme global de prévention de la traite des personnes. Le Hub est le produit d’un effort commun de la part de différents secteurs et industries, de gouvernements et de partenaires d’ONGs, tous engagés à partager données et connaissances pour avancer la lutte contre la traite des personnes.

Le 28 mai dernier, le CIPC a participé à l’appel mensuel des analystes aux côtés de représentants de plusieurs partenaires du TA Hub. À cette réunion, de nouvelles fonctionnalités de la plateforme ont été présentées et certains défis pratiques ainsi que leurs solutions possibles ont été discutés.