Rapport sur la sécurité dans les transports publics terrestres (2013-2015)

La sécurité dans les transports publics terrestres constitue un enjeu important dans un monde où le déplacement constant des populations est nécessaire au quotidien. En effet, le recours à ce mode de transports peut être entravé tant par la criminalité qui y sévit que par le sentiment d’insécurité ressenti par les usagers et par le personnel. Le CIPC, avec la coopération de partenaires tels que Transdev Canada Inc, l’Agence métropolitaine de transport (Montréal, Canada), et l’Observatoire national de la délinquance dans les transports (France), ont amorcé en 2013 une réflexion sur cette question de la sécurité dans les transports publics terrestres à travers le monde.

Les résultats préliminaires de l’étude ont été présentés lors du 11ème colloque international du CIPC à Palerme, Italie, et un rapport approfondi a été achevé en 2015 et ses résultats présentés à la 5e Conférence internationale sur l’observation de la criminalité et l’analyse criminelle, à Mexico, Mexique. Il présente particulièrement : la manière d’effectuer un diagnostic de sécurité dans les transports en commun, l’observation de cette criminalité mouvante et finalement les mesures de prévention innovantes et efficaces qui sont mises en œuvre à travers le monde.

Télécharger le rapport (PDF)

Étude comparative de programmes de prévention « Expériences réussies dans la prévention de la criminalité en Amérique Latine »

Au cours de l’année 2015, le CIPC a réalisé avec la Chambre de Commerce de Bogotá une étude comparée concernant la prévention de la criminalité en Amérique Latine.

Cette étude contient la recension et l’analyse des pratiques efficaces de prévention de la criminalité dans la région. Elle se concentre sur les contextes institutionnels des politiques de sécurité dans les huit pays étudiés et analyse l’articulation territoriale de ces politiques dans les dix villes sélectionnées.

Le rapport final est disponible seulement en espagnol.

Télécharger le rapport (PDF)

Rapport sur les stratégies nationales de prévention de la violence chez les jeunes : une étude comparative internationale

Cette étude comparative internationale, financée par le ministère de la Sécurité publique du Canada, cartographie et analyse les différentes stratégies nationales de prévention de la violence chez les jeunes dans six pays, dont l’Afrique du Sud, le Canada, la Colombie, les États-Unis, la France et la Norvège. Ces pays ont été choisis en fonction notamment de leurs revenus, en considérant que cela puisse révéler des différences importantes dans le cas de la mise en relation des acteurs. Ainsi nous avons choisi quatre pays à hauts revenus et deux autres ayant des revenus moyens.

Ce rapport se divise en quatre parties. La première partie comporte trois objectifs : a) réaliser une revue de la littérature concernant les jeunes et la violence ; b) décrire le dispositif de comparaison et ; c) décrire la méthodologie utilisée. La deuxième partie concerne la description monographique des stratégies de prévention de la violence de chaque pays. La troisième partie aborde la comparaison de ces stratégies à la lumière de la notion d’interface et du dispositif de comparaison. Finalement, dans la quatrième partie les conclusions de l’étude sont présentées ainsi que les recommandations.

L’objectif de cette étude est donc d’identifier comment la coordination, les dimensions qualitatives de cette coordination (collaboration, leadership et participation), ainsi que la gestion de l’information sont assurées lors de la mise en œuvre des politiques de prévention.

Télécharger le rapport (PDF)

Rapport sur la prévention de la radicalisation menant à la violence : Une étude internationale sur les enjeux de l’intervention et des intervenants

L’objectif de cette étude, financée par Sécurité Publique Canada, est de dégager les principaux enjeux auxquels sont confrontés les intervenants de première ligne en prévention de la radicalisation afin d’obtenir une information spécifique et pratique concernant la mise en œuvre des programmes et des initiatives, en particulier l’information liée aux défis, aux difficultés, ainsi qu’aux modes de gestion des interventions.

Afin d’atteindre cet objectif, l’étude s’est effectuée en deux phases. Au cours de la première phase, des entretiens exploratoires ont été effectués auprès de 27 experts et spécialistes en provenance de 14 pays. Cette étape nous a permis d’obtenir des recommandations quant aux types d’intervenants de première ligne à cibler ainsi qu’en termes de pays et villes mettant en œuvre des interventions de prévention de la radicalisation intéressantes. Des contacts d’intervenants nous ont également été partagés. Par la suite, la deuxième phase de l’étude a consisté à réaliser des entretiens auprès d’intervenants de première ligne, soit des travailleurs sociaux, des éducateurs, etc. qui interviennent dans le domaine de la prévention de la radicalisation. Au total, 63 intervenants en provenance de 23 pays en Amérique du Nord, en Europe, en Afrique, en Asie et en Océanie ont été interrogés.

Le rapport de cette étude présente ainsi les principales dimensions des interventions de prévention de la radicalisation ainsi que les enjeux auxquels sont confrontés les intervenants, en plus des principales recommandations formulées par les intervenants pour intervenir en prévention de la radicalisation.

Télécharger le rapport (PDF)